Mise à jour le 5 septembre
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Jeudi 21 septembre 2017 19:42 (Paris)

Accueil  »  La UNE
(Suite) Les Tramways de PORT-AU-PRINCE, Haïti

Nous étions une nation, nous avons fait l’histoire, nous avons connus nos moments de gloire ; Haiti renaîtra de ces cendres.....

par Allen Morrison

Le 18 avril 1897 la Société des Tramways de Port-au-Prince inaugura la première ligne de son tramway à vapeur, du Portail St-Joseph à travers les rues du Quai et des Miracles jusqu’au dépôt au Champ de Mars, et ensuite à la Rue des Casernes [voir plan]. La deuxième ligne dans la Grand-Rue, du Portail St-Joseph au Cimetière, fut mise en service une semaine plus tard. Dans cette vue de carte postale les voitures sont remorquées par une locomotive Krauss [col. AM] :

ans les six premiers mois de fonctionnement le tramway transporta 250,000 passagers. L’écartement de la voie était de 762 mm (30 pouces impériaux). Voici un train dans la Grand-Rue [carte postale, col. AM] :

La Compagnie des Chemins de Fer de la Plaine du Cul-de-Sac opérait les nouvelles lignes rurales, de Port-au-Prince à Léogâne, sur la baie à 36 km à l’ouest, et de la capitale à Manneville, à 43 km à l’est. L’écartement de ses voies, comme des lignes de la STPP, était de 762 mm et les deux compagnies partageaient leur matériel roulant. En 1901 la CCFPCS acheta la STPP. Voici un train mixte, avec une locomotive Krauss, sur la Rue du Quai [cp, col. AM] :

Pour ses lignes rurales la CCFPCS importa des locomotives à 25 tonnes et de grands wagons de passagers à quatre essieux. Les trains interurbains partageaient la rue avec les urbains [cp, col. AM] :

Il est impossible de savoir si le train suivant faisait le service urbain ou rural, mais il est évident que la locomotive se mariait mal avec les petites voitures. La vue de la Grand-Rue est vers le sud [cp, col. AM] :

Les visites fréquentes de la marine américaine produisirent une quantité de souvenirs photographiques du transport haïtien [cp, col. AM] :

En 1905 la nouvelle Compagnie Nationale ou National Railroad inaugura un chemin de fer entre Port-au-Prince et Saint-Marc, à 100 km au nord.
L’écartement de ses voies était de 1067 mm (42 pouces), plus large que celui de la CCFPCS.
Entre 1912 et 1918 celle-ci proposait plusieurs fois l’électrification du système, au moins de ses lignes urbaines, mais le projet ne démarra jamais. Avec l’occupation américaine d’Haïti en 1915 la Haitian American Sugar Corporation ("Hasco") acquit la CCFPCS et la renomma le Chemin de Fer Central ou Central Railroad. Hasco tenta des améliorations, e.g., le recouvrement des locomotives [cp, col. AM] :

La carte postale suivante montre une locomotive recouvrée avec deux remorques [col. AM] :

Ce train suit la Rue des Casernes [cp, col. AM] :

Mais les voitures et les rails vieillissaient et il y avait une nouvelle compétition d’autobus. Entre 1912 et 1922 les revenus du Chemin de Fer Central (ex-CCFPCS) diminuèrent de 64%, de $94,000 à $34,000. Cette vue de la Rue du Quai des années 1910 montre un train plein de passagers [cp, col. AM] :

Mais la même vue dix dans plus tard montre un petit tram presque vide – et des automobiles, absentes de toutes les illustrations précédentes [cp, col. AM] :

Un magazine américain explica le nouveau modèle [Popular Mechanics, Chicago, 5/1922] :

Dans les années 20 il y avait aussi une voiture à huit roues avec une porte centrale. Son origine est inconnue [cp, col. AM] :

Afin qu’on ne pense pas que tout en Port-au-Prince soit désordre et pobresse, voici le quartier du Champ de Mars en 1930 [voir plan]. Le drapeau américain marque l’Ambassade USA. Le tram se dirige vers le dépôt des tramways, un grand édifice qui fut remplacé plus tard par le Palais de l’Exposition. L’endroit est occupé aujourd’hui par le Musée d’Art Haïtien [cp, col. AM] :

Le tramway courageux de Port-au-Prince disparut complètement en 1932. Son matériel roulant fut probablement transféré à des plantations de café ou de sucre, où il roule peut-être encore . . . Les cartes topographiques des années 50 suggèrent une fusion des lignes rurales de l’ancienne CCFPCS avec le réseau de la Compagnie Nationale des Chemins de Fer d’Haïti.

Les Tramways de PORT-AU-PRINCE, Haïti

BIBLIOGRAPHIE • "A Street Railway in Hayti" en Street Railway Review (Chicago), 15/3/1897, pp. 178-179. Description et deux illustrations du projet à Port-au-Prince.
• L.[?] Gentil Tippenhauer. Plan de la Ville de Port-au-Prince. Port-au-Prince, 1904. Grand plan à l’échelle de 1:6,000. Détail extraordinaire du système de tramway.
• Haïti. Direction générale des travaux publics. Documents relatifs au service des tramways de la capitale et du Chemin de Fer de la Plaine du Cul-de-Sac. Port-au-Prince, 1906. Compte rendu de textes de 1897, 1898 et 1904. Des descriptions détaillées du matériel roulant.
• "Haiti : General Features of the Republic" en Trade Promotion Series #5, pp. 283-284, du U.S. Bureau of Foreign & Domestic Commerce. Washington, 1925. Bonne description des chemins de fer d’Haïti .
• Haïti. Direction Générale des Travaux Publics. "Port-au-Prince", 1930. Plan de la ville qui indique les routes du tramway. [Copie fournie par Stanley F. X. Worris]
• Robert Debs Heinl. Written in blood : the story of the Haitian people, 1492-1971. Boston, 1978. Une des rares histoires d’Haïti qui parle des tramways, p. 337.
• Georges Corvington. Port-au-Prince au cours des ans. Port-au-Prince, 1972-1993. Grande oeuvre illustrée de six volumes avec des passages extraordinaires sur les tramways : v. 3, pp. 231-2, 283-5 ; v. 4, pp. 20-1, 71-4, 127-8, 184-5 ; v. 5, pp. 169-61 ; v. 6, pp. 164-5.
• Dr. Georges Michel. Les chemins de fer de l’Ile d’Haïti. Port-au-Prince, 1989. Description détaillée de toutes les lignes du pays.
• En plus, l’auteur veut exprimer ses remerciements sincères au Prof. Harold E. Cox de Wilkes University pour ses renseignements sur la fabrication des premiers trams haïtiens par la compagnie J. G. Brill.




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami