Mise à jour le 15 septembre
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Mardi 16 septembre 2014 06:54 (Paris)

Accueil  »  Evénements  »  Canada
Deux événements « verite sou tanbou » se préparent à Montréal

La publication du second tome du Pasteur Jean Fils-Aimé et le Festival International du Film Haïtien

Mesye e dam la sosyete … Onè respè. An nou lapriyè pou rasanble tout jenerasyon yo. Twa dougout dlo nan mitan oufò a. Twa dougout cleren pou lè sen, lè mòt douvan pòt laa. Simen pafen santi bon pou tout mètrès kay-la. Sòti mouchwa sèt koulè pou nou mare ren, siye figi, mare tèt. Simen siro pou nou fè chimen. Prepare boutey ronm babankou sèt etwal là pou nou banbile avèk gwo chef yo. Frape tanbou yo jouskaske seremoni an kaba. Aybobo !

Texte proposé par Marie Flore Domond

Est-il exact qu’un homme n’a guère besoin de pouvoir pour être un héros ? Le héros est-il celui qui ne s’attend à aucune autorisation, ni bénédiction pour modifier le cours de son destin tout en influençant ceux des autres ? Pour avoir pétrifié la loi du silence jusqu’au témoignage du spectaculaire expérience de son enfance, Jean Fils-Aimé ne se démarque t-il pas en vainqueur !

Son courage a eu raison de son statut pastoral. Plusieurs auraient sans doute préféré que l’auteur porte au tombeau sa mystérieuse aventure concernant son lien personnel avec le vodou. !

Artiste peintre : Pierre Bazelais

Molière a dit que : « Toute expérience digne d’intérêt ne peut se réaliser qu’à nos dépens. Alors, que le prochain vaillant de sa situation se dévoile en franchissant le spectre des braves. (…) »

« Loas bienfaiteurs, vous dis-je ! Voilà deux mots qu’il ne me fallait pas associer en tant que chrétien évangélique. En ma qualité de théologien et pasteur, j’avais appris que les loas sont des anges déchus, des démons, des malfaiteurs, et le reste… Et si ce n’était pas vrai ? » (Page 12).

Accointances des deux tomes

Il faudrait attendre l’autre pièce de la trilogie pour déterminer avec précision pourquoi l’auteur semble permuter les titres des deux précédents. Le premier ouvrage : Vodou, je me souviens (Le combat d’une culture pour sa survie), est surtout la somme éloquente du potentiel intellectuel, analytique et scientifique façonnant le paraître en quelque sorte. Or, le second tome : ET SI LES LOAS N’ÉTAIENT PAS DES DIABLES ? Une enquête à la lumière des religions comparées, exprime définitivement l’énergie de l’être, considérant l’implication directe du maître d’œuvre. (…) « Cet essai est le fruit d’une longue enquête. Je cherchais à assouvir ma soif personnelle. Cette enquête est allée au-delà voire au-devant de ma thèse de doctorat. L’ouvrage que je propose au lecteur combine l’outillage de l’anthropologie culturelle, celui de la théologie et de la science des religions comparées. »

De plus, les loas ne sont-ils pas des Êtres invisibles ?

La technique de références est plus aérée. Mise à part, l’imposante biographie intégrée, les lecteurs bénéficient d’un modeste lexique du vodou haïtien.

Les citations bien que abondantes prennent souvent des envolées poétiques.

« (…) On dirait que je vois tout quand j’ai
Les yeux fermés.
Moi qui croyais qu’il suffisait de les fermer
Pour éviter de voir… »

Alain Stanké

Qu’on soit pour ou contre sa démarche, Pasteur Jean Fils-Aimé nous a fait don de ses connaissances en nous léguant jusqu’à présent, deux essais sur trois. Le premier traite de nos conflits religieux. Le second, parle des loas ou des divinités vodouesques. Dans le dernier volume, l’auteur se penchera sur le phénomène de zombification. Que la Providence bénisse sa plume ainsi que sa prodigieuse volonté de partage.

La vente signature se tiendra le 17 août au complexe Christina, 6566 Jarry Est, à 15 heures. Sur le même élan, les organisateurs du Festival du Film International ont choisi d’explorer le thème vodou tout le long de l’événement au début du mois de septembre.

Comme salutation d’usage, il ne me reste à lancer un : AYIBOBO.




BÔ KAY NOU
Liens Commerciaux


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami