Mise à jour le 21 novembre
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Vendredi 15 décembre 2017 13:18 (Paris)

Accueil  »  Culture  »  Littérature
L’enracinement créole - Chronique de l’extinction du régime colonial aux Antilles françaises : la zone des cinquante pas géométriques.

Dans les premiers temps de leur installation, les seigneurs propriétaires des Isles d’Amérique se sont attribués l’ensemble des terrains bordant le rivage ; mais, devant se prémunir contre les coups de main des pirates et faire face aux attaques des puissances étrangères, ils ont été conduits à renoncer à cette appropriation et à accepter que ces terrains fassent partie d’un système de défense intégré au domaine de la Couronne ...

par Guy Rosier

Ainsi a été constitué la zone dite d’abord "des cinquante pas du Roi", puis "des cinquante pas géométriques", que la puissance publique a, depuis cette époque, revendiquée comme un élément de son patrimoine.

Or, dans ces îles où, en raison de l’exiguïté et du relief, la terre est un bien rare, ce vaste domaine n’a cessé d’attirer les convoitises et a été, depuis longtemps, considéré comme accessible à tous.

Après la grave crise qui a frappé l’économie locale, il y a environ cinquante ans, et a été à l’origine de nombreuses migrations vers la métropole, des déplacements importants de population ont été enregistrés des régions de l’intérieur vers les centres urbains situés dans la zone. Ainsi, on estimait, au début des années 1990, à 120 000 personnes environ, soit le huitième de la population globale de la Guadeloupe et de la Martinique, le nombre de ceux qui y résidaient et qui, pour la plupart, étaient des occupants sans titre ;

En raison des problèmes sociaux et des difficultés économiques qu’une telle situation engendrait, au fil du temps, il apparaissait urgent de reconsidérer la gestion de la réserve domaniale, qui concentre la plus grande partie des atouts, essentiellement touristiques et portuaires, du dévellopement économique de ces îles.

Mais, ne fallait-il pas, en raison, précisemment, de ces enjeux, envisager autre chose qu’une réforme d’une gestion, jugée par beaucoup défaillante ?

Ne devait-on pas, tout en confiant à la puissance publique, la sauvegarde des espaces naturels, permettre que les occupants de la zone et, en priorité, les plus modestes d’entre eux, non seulement y habitent dans des logements décents, mais aussi en deviennent propriétaires ?

Au regard de la politique jusque-là menée, qui alternait, paradoxalement, rigueur et frilosité, un changement de perspective ne s’imposait-il pas ?

Ne convenait-il pas, plus de cinquante ans après l’instauration de la départementalisation, de réexaminer le statut de la zone, dont la création est contemporaine de celle du Code noir ? N’était-elle pas, de ce fait, dénoncée par de nombreux Antillais comme la séquelle du système colonial, dont la départementalisation aurait dû légitimement enregistrer la disparition ?

Extrait du prologue de "l’Enracinement Créole" de Guy Rosier.

(www.editions-harmattan.fr)

Retrouvez cet ouvrage sur Amazon et bénéficiez de 5 % de réduction (cliquez ici)

[




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami