Mise à jour le 22 juin
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Dimanche 25 juin 2017 21:11 (Paris)

Accueil  »  Archives  »  Année 2011
Révision constitutionnelle : le vice-président de l’assemblée nationale n’a pas signé le texte corrigé

Entre autres erreurs, la version corrigée du texte de révision constitutionnelle transmise au président de la république ne comporte pas la signature de Sorel Jacinthe, président de la chambre des députés qui est donc le vice-président de l’assemblée nationale

De sources parlementaires nous apprenons que M. Jacinthe n’a pas visé le texte corrigé. Pourtant, dans ses déclarations à la presse, le président de la chambre basse prend la défense du texte transmis à la présidence par son collègue de la plateforme Inite, Rodolphe Joazile, président de l’assemblée nationale.

Le président Michel Martelly n’a pas publié ce texte erroné et le sénateur Youry Latortue accueille favorablement sa décision. Selon lui, le président a bien fait d’annuler la version parue au journal le Moniteur du 13 mai 2011. « On ne pouvait pas se permettre de publier un second texte avec des erreurs » a ajouté l’ancien président de la commission Justice et sécurité publique du sénat, à la 48e législature.

Parallèlement, les présidents des deux chambres du parlement soutiennent que le texte transmis à la présidence est conforme aux décisions prises lors de l’assemblée nationale du 9 mai 2011. De l’avis de Rodolphe Joazile et de Sorel Jacinthe, les erreurs soulevées par la présidence sont inexistantes. Pourtant Michel Martelly fait remarquer que le texte stipule que le premier ministre est choisi au sein du parti ayant « la majorité » au parlement alors qu’il était plutôt question de « majorité absolue » lors du vote des parlementaires.

Plusieurs responsables politiques pensent que le chef de l’État a pris une décision de sagesse en revenant désormais à la constitution du 29 mars 1987. Jeantel Joseph de l’Uccade croit que Michel Martelly a ainsi pris positon pour le respect des principes. Tandis que ‘l’analyste politique et l’ancienne candidate à la présidence en 1987, Camille D. Silaire estime que le pays vient d’éviter « un choc social ».

Cette dernière décision du président Martelly pourrait avoir des incidences sur l’avenir de son premier-ministre désigné, Daniel G. Rouzier, dont la ratification est encore attendue au parlement. Une première séance en assemblée nationale prévue pour ce lundi matin a été renvoyée au mardi 7 juin à 11 heures AM.




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami