Mise à jour le 12 octobre
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Vendredi 20 octobre 2017 19:52 (Paris)

Accueil  »  Archives  »  Année 2011
PM désigné : Martelly prolonge l’attente avant son départ pour l’Europe

Le vice-président du Sénat, Jean Hector Anacacis, se joint à la campagne orchestrée contre Bernard Gousse que le chef de l’Etat ne pourra imposer, dit-il que par la force.

Le Président Michel Martelly n’avait toujours pas communiqué mardi soir le nom de son nouveau Premier ministre désigné, poste pour lequel Me Bernard Gousse était favori, alors que le Président doit quitter Port-au-Prince ce mercredi pour une tournée européenne de dix jours consacrée à la recherche d’opportunités économiques pour le pays.

Les parlementaires du GPR et alliés, majoritaires dans les deux Chambres, ont, à l’image du vice-président du Sénat, Jean Hector Anacacis, fustigé la volonté du chef de l’Etat de s’accrocher au choix de l’ancien ministre de la justice du gouvernement intérimaire (2004-2006).

Estimant que M. Martelly ne voulait pas d’un Premier ministre afin de ne pas avoir à assumer l’échec de ses grandes promesses électorales, le Sénateur de l’ouest prévient le locataire du Palais National qu’il pourra "imposer M. Gousse au Parlement seulement en recourant à la force".

Pour sa part, le Sénateur Jocelerme Privert, un ancien ministre Lavalas qui avait été arrêté sous l’administration de Bernard Gousse, en 2004, s’est refusé à commenter l’éventuelle nomination de ce dernier tout en rappelant qu’il revient au Président de désigner le candidat de son choix.

Enfin, l’élu du Plateau Central (centre), Francisco de la Cruz, de la plateforme Alternative, croit que l’avocat a le profil d’un bon Premier ministre, mais désaprouve la décision du chef de l’Etat de partir sans s’assurer de la ratification de celui qu’il souhaite placer à la tête du prochain gouvernement, le premier de son quinquennat.

Attendu sucessivement en Espagne, en France, en Belgique et en Grande-Bretagne, Michel Martelly va chercher à "promouvoir une nouvelle image d’Haïti" à travers ses différentes rencontres avec des chefs d’Etat et de gouvernement et des potentiels investisseurs, indique un communiqué de la Présidence.

"L’objectif principal étant de trouver des débouchés économiques et financiers en faveur de la relance de l’économie nationale, le Président entend motiver les investisseurs intéressés, rassurer les traditionnels bailleurs et inciter les touristes et potentiels consommateurs à avoir confiance dans le « brand » Haïti", lit-on dans le texte.

Privé de gouvernement près de deux mois après son arrivée au pouvoir en mai et confronté à de grandes urgences nationales et à l’approche d’échéances importantes (rentrée scolaire, adoption du nouveau budget national, saison cyclonique et épidémie de choléra), reconstruction, le Président Martelly avait, il y a deux semaines, essuyé un échec politique retentissant avec le rejet de la désignation de l’homme d’affaires Daniel Rouzier au poste de Premier ministre




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami