Mise à jour le 12 juillet
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Mercredi 23 août 2017 02:28 (Paris)

Accueil  »  Archives  »  Année 2011
MIRLANDE MANIGAT / Une femme pour Haïti "Bio-portrait de Mirlande Manigat

Elle affrontera le chanteur Michel Martelly, le 20 mars prochain, lors du second tour de l’élection présidentielle. Gros plan sur Mirlande Manigat, une intellectuelle entrée récemment dans l’arène politique. Soutenue par les classes moyennes et les intellectuels, Mirlande Manigat, professeure de droit constitutionnel et vice-rectrice de l’université Quisqueya de Port-au-Prince, souffre d’un handicap par rapport à ses rivaux, elle parle plus en juriste et en politologue qu’en "bête de meeting".

Fille d’un officier de l’Armée haïtienne, elle est issue d’une famille de la classe moyenne. Après des études à l’Ecole normale supérieure elle part pour Paris où elle décroche, en 1968, un doctorat en sciences politiques à la Sorbonne. C’est à Paris qu’elle épouse Leslie Manigat, de dix ans son aîné, qui deviendra brièvement président en 1988 entre deux coups de force militaires. En 2006, elle remporte un siège au Sénat mais renonce à siéger, à la demande de son mari, candidat malheureux à l’élection présidentielle remportée par René Préval.

Elle prend plus tard la tête du Rassemblement des démocrates nationaux progressistes (RDNP), parti démocrate-chrétien, sous la bannière duquel elle se présente à l’élection du 28 novembre, avec le soutien d’un groupe de parlementaires opposés au président Préval.

Après avoir, au lendemain du scrutin, réclamé son annulation pour cause d’irrégularités, elle change d’avis, expliquant que les fraudes imputées au pouvoir en place au profit du candidat Jude Célestin semblent moins graves qu’attendu. Quatre jours plus tard, elle refuse, tout comme Michel Martelly arrivé en troisième position, et comme six ONG observatrices de l’élection, un nouveau recomptage des votes proposé par le conseil électoral. Ces dernier jours, Mirlande Manigat a rejeté l’idée d’un second tour à trois proposée par Michel Martelly.
La bataille de l’éducation

Admettant qu’elle fait partie des privilégiés, Mirlande Manigat déclare vouloir combattre les injustices sociales, par le biais de l’éducation, son cheval de bataille. Elle se dit particulièrement préoccupée par les jeunes : "Notre jeunesse est en train de se gaspiller", écrit-elle sur le site du RDNP.

Elle prône des changements constitutionnels, dont le retrait de l’interdiction de la double nationalité, et préconise la participation de la diaspora dans le développement et la vie politique du pays. Si elle est élue, Mirlande Manigat demandera le départ progressif de la mission de l’ONU en Haïti (Minustah), qu’elle a qualifiée de "force d’occupation".

Elle est soutenue par le Collectif pour le renouveau haïtien, qui regroupe une centaine de parlementaires actifs ou ayant déjà siégé et jouit de la sympathie des organisations féminines qui espèrent voir pour la première fois une femme élue à la présidence.

Pragmatisme

Se disant attachée à la constitution, l’ex-première dame, a promis de travailler avec l’opposition et de cohabiter avec le parti Inite ("Unité") de Jude Célestin, candidat du parti au pouvoir, si cette formation obtenait la majorité au Parlement.

Son âge, 70 ans, n’est pas forcément une faiblesse pour l’électorat estime-t-elle : "Mon expérience me met à l’abri des vanités, des ambitions, surtout la richesse et la gloire".




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami