Mise à jour le 12 juillet
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Vendredi 18 août 2017 03:21 (Paris)

Accueil  »  Archives  »  Année 2011
Mirlande Manigat s’engage sur le front social et s’affirme

Électrisée, la candidate a esquissé les contours d’une politique de sécurité sociale allant de l’allocation familiale à l’assurance santé.

Mirlande Hyppolite Manigat, en voyage en Amérique du nord, a exposé mercredi ses priorités et ses idées sur certains grands thèmes sociaux tels l’éducation, la santé et la famille, lors d’un rassemblement électoral devant plusieurs milliers de partisans et sympathisants surchauffés à Carrefour (banlieue sud de Port-au-Prince), étape au cours de laquelle la candidate a paru nettement gagner en confiance.

Elle a aussi exprimé sa volonté d’être une Présidente ferme, balayant les stéréotypes qui tentent de la faire passer pour une septuagénaire incapable de déployer l’énergie et le leadership qu’exige l’exercice du pouvoir.

"Non, je ne serai pas une marionnette dont on pourra faire ce qu’on voudra", a-t-elle prévenu envers et contre tous devant l’église St-Charles où la circulation était paralysée.

Rejointe sur le podium par deux handicapés, un homme et une femme, ainsi qu’une fillette, la dirigeante démocrate-chrétienne a présenté l’ébauche en trois points d’une politique de la famille comprenant l’adoption et l’application d’une loi actuellement en souffrance au Parlement, des investissements importants en matière d’éducation et un système de protection sociale qui permettra aux familles de trois enfants et plus de bénéficier d’une allocation mensuelle de l’Etat.

Elle a aussi souligné la nécessité pour les policiers de bénéficier d’une couverture d’assurance médicale et annoncé son intention de verser, en cas de victoire, l’intégralité de leur salaire aux enseignants des établissements publics à qui l’Etat doit des arriérés de cinq années.

"Que voulez-vous ?, vous voulez du travail, de la dignité et la possibilité d’envoyer vos enfants à l’école", a lancé une Mirlande Manigat libérée et persuasive qui est parvenue à galvaniser la foule à maintes reprises, après les interventions d’autres orateurs comme l’homme d’affaires Eric Jean-Baptiste surnommé "Père Eternel".

"Je ne veux pas jouer sur vos sentiments, mais interpeller votre intelligence”, a poursuivi la candidate qui a cloué au pilori son adversaire, Michel Martelly, en se moquant de ses préjugés contre les personnes âgées et son projet chimérique d’implanter "une université dans chaque section communale".

Revendiquant dans un dicsours aux accents nationalistes l’idéal dessalinien (du nom du père de l’indépendance, Jean-Jacques Dessalines), l’épouse de l’ancien Président Leslie Manigat (fév-juin 1988) a invité ses partisans à recevoir de l’argent si on leur en offre, sans toutefois trafiquer leur bulletin de vote ni céder aux pressions et intimidations.

La candidate, qui a entamé jeudi une tournée de cinq jours à Montréal et Miami où sont prévus des meetings et des levées de fonds, n’envisage pas, en cas de victoire, d’inclure dans son gouvernement Michel Martelly parce qu’elle ne voit pas "quel poste lui offrir".

Les deux rivaux s’affrontent le 20 mars dans un second tour historique qui risque de passionner beaucoup d’haïtiens.




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami