Mise à jour le 22 juin
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Dimanche 25 juin 2017 05:44 (Paris)

Accueil  »  Archives  »  Année 2011
Individualisme post-moderne à la sauce tropicale

“L’engagement est mort.” Dans les colloques d’écrivains, dans les amphithéâtres des universités occidentales, on entend souvent cette phrase. Elle a du bon et du vrai.

“L’engagement”, cela a été (en partie) la négation de l’autonomie de l’art, l’embrigadement dans des formes et des esthétiques prédéterminées, le silence sur les atrocités du “socialisme réel”, des luttes de pouvoir entre artistes passant par l’inféodation à des instances politiques pour asseoir des pouvoirs personnels. Et puis, le doute s’est semé dans les esprits. On a moins de certitudes qu’hier. On a peur de se tromper de cause, de système. On comprend toutes ces réserves, surtout dans les pays occidentaux où un minimum de bien-être est assuré à la population.

Mais le monde ne se porte pas bien. Et l’une des fonctions de l’art, l’une de ses réussites, reste la critique sociale.
Aujourd’hui, dans les pays du sud, ou chez les “artistes” originaires des pays du sud, derrière le refus de l’engagement se cachent quelques attitudes troublantes, des formes tragi-comiques d’un individualisme post-moderne à la sauce tropicale :

Par LYONEL TROUILLOT

La peur d’être de quelque part, la considération de son pays ou de sa communauté d’origine comme trop petite pour parler au monde et du monde. Certains préfèrent d’origine haïtienne à haïtien.
Le refus de toute thématique qui traiterait de conditions collectives : je ne parle que de moi et pour moi ; je ne connais que moi, je suis ma propre cause et mon propre idéal…
La caricature du réel : Pour faire beau aux yeux du centre occidental il faut parfois alimenter les clichés qui caricaturent le pays d’où l’on vient, faire l’économie des nuances, nier tout aspect positif, toute possibilité de construire, réduire un réel fait de contradictions à une image ou une caractéristique dont le côté choquant attise le voyeurisme. Cuba peut n’être que l’enfer castriste, Haïti la pauvreté et la sorcellerie, l’Iran, la violence sur les femmes…

La prostitution du talent : l’utilisation de réseaux pour s’établir une renommée ou une influence non proportionnelles à l’œuvre produite, en se cachant sous vestes et jupes, en caressant quelques papes, papesses et sous-fifres des institutions culturelles dans le sens du poil. Il arrive que des artistes de valeur soient longtemps ignorés alors que d’autres passent pour représentants de communautés qu’ils ignorent ou dénigrent. Quand on pense au temps que l’immense œuvre d’un Franckétienne ou d’un Georges Castera ont mis à s’établir comme vérités incontournables de la littérature haïtienne.

Ce post-modernisme individualiste à la sauce semi-tropicale se porte moins bien aujourd’hui qu’il y a dix ans. Tant mieux. Aux vendredis littéraires que j’anime avec la complicité de mon ami Toussaint, je constate une sorte de retour à l’arbre, une critique sans reniement et une recherche esthétique en appui aux questions qu’on se pose sur le pays, la vie, le monde, soi-même. Et puis les succès du mensonge sont de courte durée. Chateaubriand n’avait pas tort lorsqu’il écrivait que “la critique ne peut pas tuer ce qui doit vivre ni faire vivre ce qui doit mourir”.




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami