Mise à jour le 12 juillet
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Mercredi 23 août 2017 02:29 (Paris)

Accueil  »  Archives  »  Année 2011
Haiti-Presse : La SAKS et l’AMEKA condament « les déclarations menaçantes et le comportement agressif » de Michel Martelly

La Société d’Animation et de Communication Sociale (SAKS) et l’Association des Medias Communautaire Haïtiens (AMEKA) ont, dans un communiqué conjoint, condamné « les déclarations menaçantes et le comportement agressif » du candidat à la présidence Michel Joseph Martelly, à l’égard des journalistes lors du débat télévisé avec la candidate Mirlande Manigat le 9 mars dernier.

Les deux organisations ne cachent pas leur inquiétude face au comportement jugé inacceptable de Michel Martelly qui a clairement pointé du doigt le coordonnateur du Groupe Médialternatif, le journaliste Gotson Pierre, comme « quelqu’un qui ne l’aime pas », pour lui avoir posé des questions embarassantes.

SAKS et AMEKA tiennent à rappeler au candidat de Repons Peyizan (Réponse des Paysans), qu’il y a 25 ans le peuple haïtien a mis fin au régime dictatorial des Duvalier. « Le peuple haïtien a, au cours de ces 25 dernières années, résisté contre toute tentative des différents gouvernements qui ont voulu compromettre la liberté de la presse ainsi que la liberté d’expression », souligne le communiqué.

La SAKS et l’AMEKA, qui regroupent des dizaines de radios et autres médias communautaires à travers le pays et qui militent pour le respect du droit à la communication et la liberté d’expression, renouvellent leur solidarité au journaliste verbalement agressé et menacé.

Elles invitent les secteurs progressistes de la société civile à prendre note du comportement de Michel Martelly, interprété comme un « mauvais signal pour l’avenir des luttes démocratiques et populaires à travers le pays ».




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami