Mise à jour le 12 juillet
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Vendredi 28 juillet 2017 14:43 (Paris)

Accueil  »  Archives  »  Année 2011
Haiti-Amendement de la Constitution : Malaise parmi les parlementaires

L’opération d’amendement constitutionnel à la va-vite jette le malaise au parlement et des groupes de parlementaires appartenant soit à l’opposition soit au parti qui s’apprête à remettre le pouvoir le 14 mai prochain ont des difficultés à trouver un terrain d’entente.

« Je sens un malaise. La version (du projet d’amendement) votée par les membres de la 48e législature et celle publiée au journal (officiel) Le Moniteur ne sont pas les mêmes », déclare à AlterPresse, la Sénatrice Edmonde Supplice Bauzile, de la plateforme Alternative.

« C’est comme un faux. Il y a des articles qui ont été ajoutés et d’autres qui ont été modifiés », ajoute l’élue, qui estime avoir été « manipulée ».

La sénatrice est aux nombres des parlementaires qui ont travaillé à l’élaboration du projet d’amendement.

Cette démarche d’amendement a été initiée officiellement par l’exécutif en 2009. La 48e législature, qui n’existe plus, l’avait votée en septembre 2009.

Le député réélu Acluche Louis Jeune, membre également de la plateforme Alternative, abonde dans le même sens que la sénatrice.

Il affirme que cela constitue « un problème à résoudre ».

Louis jeune souhaite que la « modification » effectuée par la présidence du texte voté par les membres de la 48e législature ait été faite « en accord avec les présidents des 2 chambres (sénat et chambre des députés) ».

Le parlementaire estime que cet amendement est susceptible de « mettre beaucoup plus de problèmes dans la société ».

Le Sénateur, Jean Baptiste Bien-aimé, élu au second des dernières élections législatives sous la bannière du parti au pouvoir « INITE » (Unité) pour le Nord-Est, qualifie d’« irresponsable » l’attitude de ces élus qui ont attendu tout ce temps pour parler de ces « modifications ».

« Ils n’avaient jamais lu Le Moniteur ? », s’interroge le sénateur du parti majoritaire au parlement.

Toutefois, les sénateurs restent d’accord sur la nécessité d’un amendement de la constitution du 29 mars 1987, même quand Bauzile propose « une mise à jour » de la déclaration d’amendement.

Une proposition qui ne sera sans doute pas prise en compte, vu que le parlement haïtien n’a que jusqu’à ce lundi 9 mai pour statuer sur le dossier.

Il faut un quorum de 2/3 dans chacune des chambres, soit 20 sénateurs sur 30 et 66 députés sur 99 pour permettre l’amendement de la loi-mère. Entretemps, 11 sénateurs et 23 députés décident de ne pas participer aux différentes séances.

Ils réclament l’intégration de 19 élus des législatives du 20 mars dernier, dont les dossiers restent encore pendants au Conseil Électoral Provisoire (CEP).




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami