Mise à jour le 22 juin
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Mardi 27 juin 2017 03:48 (Paris)

Accueil  »  Archives  »  Année 2011
16 Sénateurs sur 30 rejettent par anticipation la candidature de Bernard Gousse

Une décision sans précédent des membres du GPR et de leurs alliés qui représente un coup d’arrêt au processus de ratification, à peine enclenché, du Premier ministre désigné, et traduit la nette détérioration des relations entre l’Exécutif et le Parlement

Au moins seize des 30 Sénateurs haïtiens, issus dans leur majorité du groupe GPR, ont adopté vendredi une résolution rejetant de manière anticipée la candidature à la Primature de Me Bernard Gousse et demandant au Président Michel Martelly de désigner un nouveau Premier ministre, a annoncé sur Radio Kiskeya le Sénateur Moïse Jean-Charles.

Remis au Président du Sénat, Rodolphe Joazile, qui devait l’acheminer à son tour au chef de l’Etat, le texte de cette résolution a pratiquement sonné le glas de la ratification du juriste de 52 ans qui avait été, pourtant, invité à faire mardi prochain le dépôt de ses pièces à la Chambre haute.

Le Sénateur Joazile a confirmé avoir reçu la correspondance de ses collègues qualifiée de "cas d’espèce" et comptait en informer Me Gousse qui devait décider de l’opportunité ou non de poursuivre ses démarches.

"Le Premier ministre désigné est politiquement mort et lorsqu’une personne meurt, on n’a pas d’autre choix, il faut l’inhumer", a lancé Moïse Jean-Charles, troisième Sénateur du nord élu sous les couleurs de INITE, la plateforme de l’ancien Président René Préval.

Dans leur "résolution politique", les 16 membres du Grand Corps, auxquels devraient s’adjoindre d’autres parlementaires reprochent notamment à Bernard Gousse son implication présumée, comme ancien ministre de la justice, dans des "répressions, arrestations arbitraires et assassinats dans les quartiers populaires de Port-au-Prince" durant la transition ayant suivi, en 2004, la chute du Président Lavalas, Jean-Bertrand Aristide.

Une insurrection armée des partisans de ce dernier, dont le nom de code était "Opération Bagdad", avait fait d’innombrables victimes au sein de la population civile et de la Police Nationale à côté d’énormes pertes matérielles et d’une destruction systématique de la vie sociale.

Le rejet "très original" de la désignation de Bernard Gousse constitue pour Michel Martelly le deuxième camouflet politique infligé par le Parlement et une manifestation supplémentaire de son incapacité à former le premier gouvernement de son quinquennat, deux mois après son arrivée au pouvoir dans un contexte post-séisme d’extrêmes urgences et de priorités nationales incontournables.

Le 21 juin dernier, déjà au seuil d’un climat de polarisation politique plein d’irritants, la Chambre des Députés avait fait une croix sur la nomination de l’homme d’affaires Daniel Rouzier.




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami