Mise à jour le 12 juillet
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Mercredi 23 août 2017 02:37 (Paris)

Accueil  »  Archives  »  Année 2010
Un second « Congrès de l’Arcahaie » annoncé par « Aimer Haïti »

Le mouvement sociopolitique appelle du même coup à la dissolution du CEP et au retrait des lois controversées récemment « votées »

Le mouvement sociopolitique « Aimer Haïti » annonce la tenue du 21 au 24 août 2010 d’un 2ème « Congrès de l’Arcahaie » devant réunir plus de 2000 délégués des différents départements du pays et de la diaspora. Le but poursuivi est de lancer un débat inter-haïtien sur les problèmes du pays et d’arrêter une stratégie pour son développement, annonce le vice-président de « Aimer Haïti », Me Jean Henry Céant.

S’inspirant de la rencontre historique à l’Arcahaie (ville du département de l’Ouest située au Nord de la capitale) des chefs rivaux noirs et mulâtres de l’armée indigène ayant abouti le 18 mai 1803 à la création du bicolore national, « Aimer Haïti » invite à un « nouveau départ » à partir de la rencontre qu’il projette.

Le notaire Jean Henry Céant a par ailleurs mis au compte de la mauvaise gouvernance du président René Préval le mouvement d’opposition déclenché contre lui. Il dénonce le fait que, à l’instar de François Duvalier, M. Préval tente de se pérenniser au pouvoir. Il en veut pour preuves les lois sur l’Etat d’urgence de 18 mois et de prorogation du mandat du Chef de l’Etat jusqu’au 14 mai 2011.

Me Jean Henry Céant réclame le retrait desdites lois et le renvoi du Conseil Electoral Provisoire très décrié, dans la perspective de la tenue d’élections honnêtes et crédibles dans le pays.

Il affirme croire que le chef de l’Etat a encore l’opportunité de changer de cap en revenant sur ces lois, en convoquant les différents secteurs concernés autour, entre autres, de l’élaboration d’un calendrier électoral réaliste afin qu’il puisse partir à la date fixée par la Constitution, en l’occurrence le 7 février 2011.




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami