Mise à jour le 12 juillet
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Mercredi 26 juillet 2017 14:31 (Paris)

Accueil  »  Archives  »  Année 2010
Massacre de prisonniers : une commission d’enquête indépendante chargée du dossier

Une décision conjointe du Président René Préval et du chef de la MINUSTAH, Edmond Mulet

Le Président René Préval et le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour Haïti, Edmond Mulet, ont décidé de confier à une commission d’enquête indépendante la responsabilité de faire la lumière sur un grave incident au cours duquel des policiers haïtiens auraient exécuté une quinzaine de détenus dans la prison civile des Cayes (196 km au sud de Port-au-Prince).

A l’origine de la révélation de ce présumé scandale, le New York Times souligne que les faits se seraient produits le 19 janvier, une semaine exactement après le séisme ayant dévasté le pays le 12 janvier.

La commission d’enquête, dont la composition et le mandat n’ont pas encore été précisés, sera un effort conjoint de l’ONU et d’Haïti, assure dans un communiqué la Mission de stabilisation de l’ONU (MINUSTAH).

Selon le quotidien américain, des membres de la PNH auraient abattu plusieurs détenus non armés lors d’une supposée mutinerie.

Interrogé par les journalistes investigateurs, les responsables de la police des Cayes soutiennent avoir découvert les corps des victimes en pénétrant dans l’établissement pénitencier pour mater la tentative d’évasion.

L’un des leaders du mouvement connu sous le nom de "Ti Mousson" aurait tué ses codétenus parce qu’ils refusaient de le suivre dans sa fuite.

Une thèse vivement contestée par plusieurs témoins qui ont raconté avoir vu les agents de l’ordre ouvrir le feu sur les individus placés en détention alors qu’ils maîtrisaient parfaitement la situation.

Le New York Times croit savoir, à la suite de son enquête, que les cadavres des détenus auraient été jetés dans une fosse commune creusée pour recevoir les corps des victimes du tremblement de terre qui a fait entre 250.000 et 300.000 morts.




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami