Mise à jour le 14 novembre
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Mardi 21 novembre 2017 00:05 (Paris)

Accueil  »  Archives  »  Année 2010
Haïti-Séisme : Le droit à l’information des réfugiés bafoué

La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) a dénoncé ce mardi 23 mars lors d’une conférence de presse le manque cruel d’information à destination des sinistrés, plus de deux mois après le séisme du 12 janvier.

“Nous sommes choqués par le fait que le droit des Haïtiens à être informés n’est pas respecté par les autorités haïtiennes et les organisations internationales qui opèrent sur le terrain”, déclare Geneviève Jacques, en mission en Haïti pour la FIDH avec son collègue Benoit Vandermeerschen.

Cette mission a été sollicitée par le Comité des Avocats pour le Respect des Libertés Individuelles (CARLI), le Centre Oecuménique Droits Humains (CODH) et le Réseau national des organisations de défense des droits humains (RNDDH), membres de la FIDH.

La délégation de la FIDH s’est entretenue avec le président de la république, René Préval, plusieurs ministres du gouvernement, les responsables des Nations unies en Haiti et les grandes organisations non gouvernementales, “car le déficit d’information à la population vaut pour tous”.

“Dans beaucoup de camps, les personnes n’ont reçu aucune information sur ce qui va leur arriver demain, après-demain, dans un mois ou dans un an”, témoigne Geneviève Jacques.

Elle précise que le déficit d’information équivaut à la violation d’un droit humain fondamental, car être informé est l’une des conditions pour pouvoir prendre son destin en main.

“L’extraordinaire résilience du peuple haïtien risquerait de s’arrêter s’ils ne se sentent pas mieux informés”, craint Geneviève Jacques.

L’absence de communication pose de sérieux problèmes pour la situation morale des personnes, en plus de la situation extrêmement difficile qu’elles vivent actuellement, souligne-t-elle.

Benoit Vandermeerschen se dit très préoccupé par la situation de certains camps qui se situent dans des zones inondables ou à flan de colline. “Quelles vont être les conditions de transfert des gens dans les camps, quand et comment vont-ils en être informés ?”, s’interroge-t-il.

“Actuellement, aucun plan d’urgence n’a été annoncé et les principaux intéressés ne sont pas au courant”, ajoute Geneviève Jacques.




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami