Mise à jour le 14 novembre
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Lundi 20 novembre 2017 23:54 (Paris)

Accueil  »  Archives  »  Année 2009
Le Carnaval en Haïti

Le Mot carnaval vient du latin carne vale signifiant "adieu à la chair", une référence non seulement à la viande mais aussi à tout autre plaisir interdit durant les 40 jours de Carême.

C’est pourquoi, durant les jours précédant le Mercredi des Cendres, premier jour de Carême, il était coutume dans les pays catholiques de l’Europe Occidentale de manger à satiété et de s’adonner à toute autre débauche rivalisant des fois, les Bacchanales, les Saturnales et les Lupercales de l’Empire romain.

Depuis maintenant deux mille ans, on commémore le carnaval en Haïti comme une fête de grandes réjouissances à travers les rues de Port-au-Prince, des banlieues et de la province.

Le Carnaval ou « mardi-gras » demeure l’une des grandes manifestations socioculturelles du peuple haïtien.

La saison dite de carnaval se déroule suivant le calendrier catholique du jour des rois et a donc commencé le Dimanche après l’Epiphanie (4 Janvier) pour atteindre sa culmination le 24 février, dernier jour des “ trois jours gras ”.

Comme a dit un ancien maire de Port-au-Prince, dans la société haïtienne, cette festivité n’est pas négociable.

Tacitement, il y a une trêve politique ; les problèmes sociaux passent au second plan pour laisser place au défoulement indispensable.

Le carnaval Haïtien est divisé en deux parties :

La première dénommée “exercices” est considérée comme une sorte de préparatifs au cours desquels les dimanches précédant les jours gras sont animés depuis le matin après les offices religieux avec les (Lamayot, Machan fey, Chaloska, etc.) au côté des bandes à pied qui évoluent soit le matin ou l’après midi, selon les motivations..

La deuxième partie, le carnaval proprement dit, s’identifie aux trois jours gras.

C’est le temps de la réjouissance suprême et des grands déguisements.

En effet, les dimanche, lundi et mardi-gras donnent lieu à un défilé ponctué de méringues, de danses et de chants de toutes sortes où se défoulent, Indiens, Hindous, Arabes du désert, Bœufs, Cyclistes, motocyclistes, jambes de bois, ti piké, Choucoune, Grosses têtes et autres masques.




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami