Mise à jour le 12 octobre
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Jeudi 19 octobre 2017 23:32 (Paris)

Accueil  »  Archives  »  Année 2009
La justice dominicaine autorise l’extradition vers la France d’Amaral Duclona

La chambre pénale de la Cour suprême dominicaine a ordonné mercredi l’extradition de l’ex-chef de gang haïtien Amaral Duclona vers la France où il doit être jugé pour son implication présumée dans l’assassinat, en 2005, de Henri Paul Mourral, consul honoraire français au Cap-Haïtien (274 km au nord de la capitale), rapporte une dépêche d’EFE. Répondant favorablement à une demande des autorités françaises, les juges de la plus haute instance judiciaire dominicaine estiment avoir scrupuleusement respecté la législation en vigueur en acceptant de livrer M. Duclona, l’ancien caïd de Cité Soleil (banlieue nord de Port-au-Prince) à qui on reproche une multitude de crimes commis en Haïti.

Détenu depuis le 8 septembre dernier à Santo Domingo, l’homme de 31 ans, identifié preuves à l’appui comme Amaral Duclona, n’a cessé de contester cette identité, affirmant à tue-tête qu’il s’appelait Berthone Jolicœur. Les responsables du service d’immigration et des archives nationales d’Haïti ont, en revanche, confirmé qu’il s’agissait bel et bien de l’individu recherché qui avait profité des défaillances de l’Etat civil pour se procurer deux actes de naissance et deux passeports sous la double identité d’Amaral Duclona et de Berthone Jolicœur. Le mois dernier, le Président René Préval avait reçu au Palais National (siège de la Présidence) une imposante délégation judiciaire et diplomatique dominicaine à laquelle il avait remis un lot de documents prouvant l’identité d’Amaral Duclona. Celui-ci avait pris une part active à la campagne électorale du chef de l’Etat, en 2006. Outre le meurtre du consul Henri Paul Mourral, tué le 31 mai 2005 à Port-au-Prince, l’ex-chef de gang serait responsable de l’enlèvement suivi de l’exécution, en 2004, de Claude Bernard Lauture, un homme d’affaires français d’origine haïtienne. Inculpé de double meurtre en Haïti, le suspect circulait librement dans l’impunité totale avant de se réfugier en République Dominicaine. Durant la période noire de "l’Opération Bagad", une vaste campagne de terreur que les partisans armés de l’ancien Président Jean-Bertrand Arisride avaient déclenchée à sa chute, en février 2004, Amaral Duclona régnait en maître à Belekou, l’un des quartiers de Cité Soleil, où la violence criminelle ne connaissait aucune limite.

Avant son arrestation par la Direction nationale de contrôle des drogues (DNCD), le présumé bandit notoire menait une vie de pacha à Casa de Campo, un complexe touristique ultramoderne de la province dominicaine de La Romana (est).

Hasard du calendrier ou décision programmée, l’annonce de l’extradition prochaine d’Amaral Duclona coïncide avec la visite officielle qu’effectue en France le Président dominicain, Leonel Fernàndez. spp/Radio Kiskeya




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami