Mise à jour le 12 octobre
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Vendredi 20 octobre 2017 19:57 (Paris)

Accueil  »  Archives  »  Année 2009
Haïti-Rép. Dominicaine : Les causes de la migration insulaire en débat à P-au-P du 23 au 25 octobre

Le service jésuite pour les refugiés et les migrants (Sjrm) organise du 23 au 25 octobre 2009, une rencontre sur les causes de la migration et les pratiques courantes liées à la traite et au trafic des personnes à la frontière haïtiano-dominicaine, selon les informations communiquées à Caraibe Express.

Baptisé « flux migratoire des Caraïbes 2009 », cet événement réunira, dans la capitale haïtienne des personnalités du Canada, des États-Unis d’Amérique, de la République Dominicaine, et les directeurs de tous les bureaux du Srjm.

L’ex-ambassadeur d’Haïti en République Dominicaine, Guy Alexandre, compte faire, à cette occasion, une intervention sur la migration haïtienne. Des intervenants américains, canadiens et dominicains parleront de la situation des travailleuses et travailleurs issus de la migration, dans leur pays respectif.

Il s’agit de présenter une étude globale de la situation à la frontière entre les deux pays, en analysant les causes de la migration, la traite et ses conséquences sur les peuples haïtien et dominicain, souligne le Srjm.

A partir des réflexions qui se seront engagées, les organisateurs espèrent également fournir des alternatives de régularisation des déplacements de population qui enveniment, depuis un certain temps, les rapports haïtiano-dominicains.

Le 20 octobre 2009, la police dominicaine a annoncé la découverte du corps décapité d’un ressortissant haïtien, identifié comme Tony Charlys à Mao (Nord-Ouest de la République Dominicaine). En mai 2009, un meurtre du même genre avait horrifié les Haïtiens qui continuent de représenter là-bas la psychose de « l’envahisseur pacifique », aux yeux des dominicains ultranationalistes.

Cette attitude ultranationaliste semble s’infiltrer jusque dans les politiques gouvernementales. Une proposition de loi, cherchant à légaliser les descendants de migrants, dont des Haïtiennes et Haïtiens, a été rejetée d’un revers de main par le parlement dominicain.

La migration et la nationalité constituent un vaste débat dans le pays hispanophone voisin d’Haïti, avec parfois des confusions et entremêlements dangereux des deux notions, d’ailleurs signalés par différentes organisations de défense des droits des migrantes et migrants.

Au delà des discours politiques et de la violence, les problèmes demeurent.

La frontière est le lieu privilégié des trafiquants d’êtres humains et le point de passage pour toutes sortes de produits illicites, comme la drogue, le vol de d’automobiles, de motocyclettes et de bétail.

Face à cette situation, les autorités voisines ont opté pour des réponses musclées, en décidant, par exemple au début du mois d’octobre 2009, l’envoi de troupes supplémentaires à la frontière, alors qu’Haïti réaffirme sa volonté pour une amélioration des relations.

Au terme de l’événement, organisé du 23 au 25 octobre 2009 à Port-au-Prince, une rencontre est prévue, le 26 octobre 2009, entre les coordonateurs du Sjrm et la première ministre d’Haïti, Michèle Duvivier Pierre-Louis




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami