Mise à jour le 22 juin
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Dimanche 25 juin 2017 05:30 (Paris)

Accueil  »  Archives  »  Année 2009
28 novembre : Double et triste anniversaire pour Haïti

Ce samedi ramenait le 29e anniversaire de la "rafle du 28 novembre 1980" au cours de laquelle le régime totalitaire de Jean-Claude Duvalier avait anéanti le secteur démocratique naissant en arrêtant massivement journalistes, leaders politiques, syndicalistes, intellectuels, professionnels et étudiants.

"Le bal est terminé" comme le titrait sur les ondes de la Radio Nationale un célèbre propagandiste de l’époque qui se réjouissait -au lendemain de la victoire du républicain Ronald Reagan à la présidentielle américaine- du sort peu enviable qui attendait des dizaines d’opposants dont beaucoup devaient être torturés et exilés.

Parmi les victimes de ce "vendredi noir" (28 novembre), citons les journalistes Anthony Pascal alias "Konpè Filo", Liliane Pierre-Paul, Michèle Montas, Harold Isaac, Marvel Dandin, Jacques Price Jean, Jacques Jean-Baptiste (Radio Haïti Inter) ; Marcus Garcia, Elsie Ethéart (Radio Métropole), Jean-Robert Hérard, Pierre Clitandre (Le Petit Samedi Soir) ; Dr Nicole Magloire ainsi que le sociologue Jean-Jacques Honorat.

Bien des années plus tard, après l’exil, d’autres disparaîtront, emportés par la mort violente (exécution, assassinat) ou la maladie : Richard Brisson (journaliste), Jean Dominique (journaliste), Jackson Pierre-Paul (journaliste), Yves Antoine Richard (syndicaliste), Dr Hennec Titus, Frantz Dossous dit "Toto" (technicien en agriculture).

Pendant six ans, la presse indépendante haïtienne incarnée par Radio Haïti Inter et l’opposition étaient réduites au silence jusqu’à la chute de Duvalier, le 7 février 1986.

Cette libération historique de tout un peuple devait être, hélas, précipitée par un autre 28 novembre macabre. En 1985, aux Gonaïves (Artibonite, nord), des "tontons macoutes" déchaînés assassinèrent trois écoliers, Jean-Robert Cius, Mackenson Michel et Daniel Israël, en pleine montée de la contestation sociale.

Indomptable, la révolte populaire allait triompher d’une tyrannie vieille de 29 ans et mettre en déroute un pouvoir intimement lié au sang et à l’oppression. spp/Radio Kiskeya




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami