Mise à jour le 21 novembre
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Vendredi 15 décembre 2017 16:46 (Paris)

Accueil  »  Archives  »  Année 2008
OMBRES DU QUERCY

à Bueno Garcia

« Mais ce que je n’ai point écrit alors, c’est que recevoir un coup de lumière c’est aussi recevoir un coup de nuit. Et cette nuit est d’autant plus terrible que la lumière fut aveuglante. Car l’être humain est si vaste que sans cesse il va d’un abîme à l’autre. D’un pôle de la conscience à l’autre. Je ne connais pas cette belle marche continue vers le soleil. Je ne sais que les déchirures de l’éclair et les plongées dans le noir. Mais, en dépit de tout, je sens qu’au bout il y a un grand pays où l’aube monte pour ne jamais cesser. Or, devenir conscient de ces deux pôles, c’est ce que j’appelle une naissance spirituelle. NAÎTRE, c’est sentir le tragique de son être. »

(Fernand Ouellette)

par Saint-John Kauss (poème, 1981)

« Révolte de l’homme du midi
Qui veut être chair de son chant
. »

(Joe Bousquet)

Erotomanie de ces ilotes battues par le vent le fer et l’acier dans la mansuétude des vierges et des collines à haute forme simiesque pour le sacre et l’Écrit des figurines et stèles des tombeaux de poètes aimés
partirai-je seul au loin caresser le rêve domestiqué par les dieux

pour ma part qui court dans la nuit atteint l’henné du voisin
ma mission sera-t-elle de siffler au temps la tristesse des bals de l’aurore

messalinisme de l’indicible Terrasse sur l’abîme de ma
Terre morveuse s’effaçant loin du paradis retrouvé
Mon cerveau parmi les longues buées qui montent de ses lampes

dois-je formuler mes amours sous la pluie à une femme perruquière stéatopyge des mansardes

beauté phtisique en bouquet de fleurs et d’ossements que l’on croirait rêver
ta langue qui dort sous ma semence Obscénité inventée par l’homme comme l’étoile entre les voyelles comme les mots entre les consonnes de peine
torrents de rêves bousculés par le pain la vie et nos morts trop compliqués

ne partirai-je plus seul seul au loin me glisser dans l’amour parmi les doigts psychiques des dieux silencieux du silence innommé

nymphomanie de la vie

sexe méconnu de ses proies Vierges folles entre les consonnes de cœur et de trèfle
Paroles d’osmose et de sang qui gémissent bées ou asthéniques entre deux saisons pour une poignée d’étoiles en lanternes suprêmes

euthanasie des rêves bleus sous les lits sales de l’Occident retenu pour le nirvana des âmes alarmées
torride réponse du poète en rage de rêver et de festoyer à l’adoration des mages des ancêtres
blessure vivante

nous nous nourrissons de l’eau du lac et de la mer
nous nous verrouillons
nos bouches pour entendre d’autres voix qui filent dans l’espace comme une étincelle à perdre haleine

je t’ai connu Miguel à San Pedro
tes oeillets en plein dans l’équivoque des cœurs de l’indienne Terre qui t’absorbe en fin d’oraison enfin berceuse des solitudes désordonnées
tu souriais faisais la sentinelle au trépas du soleil Une épaisse tâche de sang aux clavicules de ton être
fébrile fut la lassitude en relisant Nerval et Baudelaire ces deux fêlés du temps des retrouvailles d’Orphée

fémurs à la chaux vive qui assiègent les citadelles d’astres obscurs
poètes du vide infini mais chefs d‘écoles dans l’au-delà des nuits
infiniment belles de vue et de tendresse

ultrasexualité des fleurs hyperandroïdes des colombes atteintes de la maladie des sources infectées de la rapacité de l’homme assiégé en flagrant délit

complices de tout meurtre au reportage des étoiles
cadavres dans le lit des amours saintes d’obscurité par l’impossibilité des morts et des vivants
mathématiquement désordonnés

tous ces échos bien ordonnés superposés aux aisselles des vivants
vaqués à d’autres occupations au-delà des frontières anoblies par l’homme et ses séquelles soudés à une fissure sans écorcher le silence de l’oubli où passent en pieds bots le vent et ses chimères

dyspareunie des roses à l’intonation impropre du crime exorbité qui a franchi la frontière des hommes des femmes et des poètes

chansons de sang pour la vie ou la mort des vivants posés l’un bourru à face sévère sur l’autre galet à peine sorti des tavernes et de l’auberge des merveilles de l’amour ardent

deux bouches d’oiseaux à nourrir qui dévorent les crêtes du vent bandes d’assassins que reconnaissent les fantômes de Tolède
d’enfants affamés et maltraités d’un geste en cul-de-sac dans le sang qui m’a aveuglé dans les couloirs de Sevilla

soir-essai Soir-Léon Soir-Ghana Soir-Rio aux hennissements des océans superbes consommateurs d’hommes et de femmes nues émérites de la vie à outrager nu-pieds aux ramassis des pierres

lipodystrophie de l’amour dans la fraîcheur de l’automne des abcès tristes de l’été pris en congé de lune
Obésité des étoiles archanges qui croient rêver du bonheur de rosée et d’autres parenthèses célèbres à chanter dans le silence de l’index
Lune grassouillette par asphyxie de la Terre indienne à chaque phase lutéinique et par tranchées inhumaines rendant hommage aux désastres folliculiniques

pauses perpendiculaires à l’arrivée des tilleuls domestiqués par le vent l’acier et les mégots souillés des vieillards qui ont traversé le temps de la vie des vivants et des morts bien assis sous les châles

nous lisons dans toutes les rubriques invocations populaires au défit des arcanes et voûtes des chansons éruptives
cérémonies vaudouesques en allées constamment taillées d’ambre et désertiques des premières lettres de l’alphabet de la mort

de l’indienne terre habillée de pourpre et de mandolines à regarder sinon les étoiles encloses dans le ciel sans verser une larme à terre
Ah ! je sais mon frère que ta vie est hantise au milieu d’un cadastre

au pied de chacune d’elles
héliothérapie de l’amour à l’affût de six baisers sonores
solennité religieuse de héliotropes affamés
vente coiffée d’indigo d’immenses filles à superviser

sonnets des grands fleuves qui charrient les passions inconnues
Croisades en carton de terres saintes au trafic d’acacias
Averses violentes constamment à l’affût des amarres de la liberté

au pied de chaque tronc d’homme de chaque goutte de poète
le pain la vie de Blake l’Écrit de lune de Gongora et d’Holderlin
les figurines de Novalis et de Nerval
brillants stèles aux départs d’extasés et impatients

au large de chaque peuple innommé qui bée -----------
Îles rebelles trop longtemps fantaisistes Silences gelés de l’amour au soleil de l’ivresse
Éloges cardinaux des minutes symboliques Filles cadettes à la lisière de mes songes inconnus

poésie mirifique d’un enfant du Tiers-Monde Rires mimiques d’un arc-en-ciel au passage des oiseaux envolés -------
Fécondité de la vie Surgissement de la mort affamée d’hommes et de femmes allongées

des hommes des femmes de tous âges des mains de soleil dans la nuit
Mon peuple mal famé (peuple souverain sans pardon dirait-on) s’abandonne aux grands ébats des orchidées

bottes de foin Bottes bretonnes
Ragoûts d’abats d’humains panés en cafards frais de printemps

poussée d’une mère impatiente de voir son galopin en ébats de corps
Peut-être une fille comme elle jetée dans l’atelier du poète

je me souviens encore de toi Miguel mon ami et mon frère fabriqué à la lumière du langage
Je me souviens anonyme de nos rêves d’hommes de Monterrey --------------
de Temuco le village du poète des poètes Neruda

bois de cèdre Bois de chêne Amours de l’Ungava Froidures des Appalaches
Légendes de l’Atlantique Sourires de l’Outaouais dans la poussière blasée et les rumeurs momentanées du Brésil

je me souviens de ces rires vagues sablés d’Acapulco Des cris d’ardoise et de peur
Ta chevelure aux sorciers
je me souviens de cette route de l’Histoire sillonnée dans cette page de l’horreur

rires des fissures de l’hippocampe qui m’emplissent la bouche jusqu’aux larmes Saisons de sang sans l’écharpe d’amour autour du cou
Fleurs qui s’ignorent dans le rond des salpètres musclés de liberté Métal qui se rompt dans la nuit des salamandres

saisons du sang qui s’effondrent par instinct d’une vasque fatiguée si petite
Éblouissements des enfants abandonnés au pas des portes Rires des fissures de la pierre à nous tendre la main

imaginons le silence

prisonnier de l’absence et du chiffre

mais au pied de chaque tronc d’homme il y a pêle-mêle du présent sans frapper à la porte des besognes

ombre amie qui se cherche dans la nuit rivière --------------
à nos pieds
falaises qui caressent mes flancs après désir

je te salue Miguel à la source des soleils

zébrures plus-que-parfaites des soirées ligotées remémorées à la santé du Colon -------
à la danse des conquêtes Paupières à détruire dans les gales évasés
au mépris de la loi Soleil couchant mais bombé qu’on recherche au détour de tous ces hommes en fuite

coups de matraque dans le dos et l’ordre à l’immoral Cagoules du trappeur sans un mot à la vie
Bâillons de retraités sans feindre le volcan Testicules balafrés jusqu’aux canaux déférents Coccyx martelés jusqu’aux accès de frissons
la voilà perdue à tout jamais perdue l’indienne Terre maculée de regrets au sommet des vivants et des morts

rayons de lune aveugle Vibrance de l’air obèse
Mensonge du son acromégale
Et pulsation du sang des aphasiques
Rythmiques des rythmes du monde
Excès du temps de vierge incendiée
Parapluies d’amour
sous la chaleur de l’éclair des insensés

rut de ma mémoire qui danse comme une seule chair de mon silence

mon pays (et mon peuple) à genoux en haleine s’éteint au comble des tortures

visages demeurés vieux amis de l’impossible

vitaminose de l’amour à injecter à tous les Che du Tiers-Monde
nausée dans l’asphalte du soir et des avenues à guérir

desquamation de l’ombre en fumée dans le calme des cimetières
poètes qui écorchent ma poitrine dans l’oubli du terroir

pour demain au crible des contrats de morts ou vifs
je me plie à la vie qui bascule mes échanges d’enfant du soleil

au centre de chaque homme qui nourrit
les étoiles qui vomissent sur la ville des fragments de tristesse
Les poèmes infidèles aux visions sans feu
Les soleils qui se prolongent au soleil qui nous unit

maquereau étrange d’un étang à chanter Yeux des yeux qui brillent
comme une étoile pleine de souvenirs
Dorades qui nagent dans le silence de nos silences
Battements de cœur de mérous de la mer qui éclatent à la ruée de nos songes
Pierres à feu qui roulent fugaces à visiter l’aurore
Coélancanthes qui grandissent immémoriaux dans les bacs
Mon nouveau-né à aimer selon sa couleur plus qu’un martin-pêcheur

danses de pureté pour l’indienne Terre au creux de la flamme
Néons des illusions aux déchirures de l’amour des femmes au-dessous des pylônes
Phallus dans le ciel qui joue avec le vent

je dis Vous par trahison de nos brisures sous le soleil

sueurs aux tempes qui se tissent de naïves espérances
Arcs tendus en douceur à dix mille mètres d’altitude
Douleurs au ventre prisonnières de l’abdomen du désir

je m’efface sans espoir dans la vibrance des douleurs et des larmes à dissoudre

je me noie à l’horizon de vos songes éternels

dipsomanie de l’amour pour l’amitié des enfants endormis
Vagabonds venus de la fougue dans l’opaque des conquêtes
Chiens errants de suicidés autour de mes bras larges de tendresse
Grand craquement du tonnerre en chanson d’allégresse
Exaltation des frontières à la foulée des hêtres chargés de siècles à chaque goutte d’eau à chaque goutte d’homme

diplopie de la parole à prendre le risque mathématisé

diphtérie de la vie entre les doigts et les prétextes de la main entre quatre murs de l’inconscient fossilisé

j’ai pris congé de toi Miguel – les fleurs en sont témoins – un certain soir d’automne
Nos corps d’eau de cristal d’arc buvaient l’immensité des vers d’une minuscule vie
Mais puisque tu veux compter sans un verre les instants criblés de tonnerre
Puisque tu veux rester solidaire et te mêler à la lutte

je rends à ta noirceur les mille et une lunes empilées

j’anime au coin des rues ton ombre comme un enfant

alors tendons aux affamés les glands de l’amitié

hémiréduction de ces trophées de verveine que partagent tes larmes où l’oiseau fait halte entre Lucifer et le Ciel
je te vois Miguel - les ombres sous l’aisselle - qui chante et ordonne Et ces biopsies de l’épiderme de ceux qui entrent dans l’immortalité ces DCA ces baïonnettes au canon ce pont sur cette rivière morte (pourront-ils enfanter des soleils trop près des mousses et pissenlits de l’Histoire) les roses d’un cabaret de ton village voyagent entre gratte-ciel et ces cœurs en chômage
je te sens bouger semble-t-il heurter ce mur du siècle ce mur de la présence et de l’absence
Entre l’arbre et l’écorce l’été qui suinte abandonne l’enfant au sadisme des militaires boliviens bottés de corps brûlés dans un bain de feuilles mortes
Absolution pour la mort Extrême option pour la vie
Chants de vie pour la mort
Chants de mort pour la vie
Yeux des yeux de la Seine à franchir selon les limites et le tracé des casernes de l’horreur
Mugissements séculaires au milieu de la braise
Passeports falsifiés partagés au bout des jours
Résidences secondaires au cœur des saisons
Départs sans visa aux empreintes d’un pouvoir

NOUS SOMMES FAMILIERS À CES OMBRES DU QUERCY

Sainte-Thérèse (Québec), 05 septembre 2008

Je suis pour une poésie d’homme qui brille aux flancs des cieux, forte comme une citadelle, souveraine comme tout peuple, costaud comme la vie, née du vécu et du sentir… faite de tension et de tendresse. Je suis pour une poésie gesticulant dans la réalité, qui vise les meilleurs lendemains. Je suis pour une parole-libération libératrice d’hommes. Parole humaine tendue aux carrefours de l’UNIVERSEL.

Forteresse d’images sur le soc même de la douleur. Paroles à douceur et de désespérance. Paroles vivantes. Paroles d’ombre et de sang. Parole-Intensité.

Poésie anti-suicide. Poésie du vécu dans les couloirs du Dernier Monde. Langage de cratère. Langage qui bouscule. Langage séduisant. Je tends vers une Poésie Solidaire en souvenir de demain.

Parole-Liberté. Parole-Survie face à la violence d’une vie macabre. Parole-Totale chargée comme un fusil. Je tends vers une Poésie vertigineuse à hauteur et aux dimensions de l’Être.

Comme un Mégalithe sous le soleil… Je suis pour une Poésie d’Homme-éclaireur de l’obscur, nécessaire à la vie et facile à conquérir.

L’auteur

COLLECTION DERNIER MONDE

ŒUVRES PARUES

Chants d’homme pour les nuits d’ombre (poèmes, mai 1979)
Autopsie d’un jour (poèmes, décembre 1979)
Hymne à la survie et deux poèmes en mission spéciale (poèmes, 1980)

OEUVRES INÉDITES

Chants d’un damné et un poème à la dérive (poèmes)
Poème du cri et un Psaume aux parias (poèmes, en collaboration)
Pile ou Face (poème)
Au filin des cœurs (poèmes)
Vertiges ou le règne animal (poème)
Zygoème ou chant d’amour dans le brouillard (poème)
Au cœur des ombres (poème)
Verset des Îles (poème)
Entre la parole et l’écriture (essai)
De la poésie et quelques poètes (cursive-critique)
Anthologie poétique d’une nouvelle décennie
Pendant que je vis : poésies 1973-1978 (tomes 1, 2, 3, 4)
Huit saisons dans ma vie de poète (journal intime)

BIBLIOGRAPHIE

Alix Damour, Saint-John Kauss ou les modulations d’une poésie majeure (essai-critique, inédit)
Andral Desrosiers, Saint-John Kauss ou l’Univers poétique d’un Prométhée (essai-critique, inédit)
Saint-Valentin Kauss, Saint-John Kauss et les Images (étude, inédit)
Collectif, Saint-John Kauss ou la Parole faite chair (critique, inédit)




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami