Mise à jour le 21 novembre
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Jeudi 14 décembre 2017 05:20 (Paris)

Accueil  »  Archives  »  Année 2008
« Identité meurtrière »

La semaine a commencé douloureusement à Port-au-Prince avec le refus par la chambre des députés de ratifier la candidature d’Eric Pierre au poste de premier ministre. Un refus qui se base officiellement sur une affaire d’identité, le candidat aurait à s’y confondre trop de prénoms qui jetteraient le trouble sur son...identité.

Texte proposé par Roody Edme via Le Coin des Lecteurs
Photo : Agence France Presse

Combien de filles et fils de ce pays n’ont pas connu des mésaventures avec tel prénom apparaissant sur la carte électorale et tel autre porté manquant sur la licence parce qu’un agent du fisc ou du service de la circulation aurait décider de sabrer dans la panoplie de prénoms de saints qui nous sont coutumiers pour faire plus court.

Et souvent quand on finit par obtenir le précieux document, on part sans demander son reste, peu soucieux de récupérer un de ces prénoms qui serait resté dans la machine d’un fonctionnaire d’Etat débordé et obséquieux. Car le processus pour l’avoir est tellement long, que personne n’a envie de recommencer, n’est pas Sisyphe qui veut.

C’est une tradition chez nous de traîner comme une comète, une pléiade de prénoms que telle tante ou tantine aurait affublé un nouveau né en signe d’appartenance à une communauté heureuse de sa venue au monde. Il y a de ces noms qui sonnent comme une volée de cloches : Pierre Eustache Daniel Fignolé est de ceux-là.

Et ce qui fait sourire tristement dans le cas de Pierre Eric Pierre, c’est que parmi les élus du peuple, il y a des pitit soyet qui font à un autre élément du pays en dehors un procès en sorcellerie autour de son identité.

Il faut dire que la dérive a commencé depuis quelques mois et que la nouvelle arme fatale de l’exclusion se dissimule sous des articles de la constitution. Singulier pays ou des politiciens savent comment rendre la constitution aussi redoutable que la baïonnette.

Mais beaucoup d’observateurs sont d’avis que le problème est ailleurs et que déjà le départ forcé d’Alexis ouvrait une boite de pandore dans une société ou les déchirures politiques se guérissent aussi difficilement que des entailles dans le corps d’un diabétique.

Pour l’heure, la situation est bloquée et les Haïtiens ont dans la bouche le goût amer d’une opportunité ratée dans un environnement alimentairement fragile. Et les députés ont savouré une victoire à la pyrhus sur une chambre haute accusée de bassesse dans l’affaire Alexis.

Et de renvoyer à ces messieurs du grand corps l’ascenseur avec la dépouille politique d’un homme qui voulait servir son pays.

Pierre Eric Pierre ou Eric Pierre, pour nous c’est le même citoyen debout, et dont l’honnêteté ne fait point de doute, il est tout simplement la victime expiatoire d’une « balle perdue », d’un « corps à corps » dangereux sur la carcasse d’un pays ou l’on force toujours les habitants à sortir de leur « trou » pour des parodies de révolutions et des déchoukay qui déchirent la nation, lambeau après lambeau.

En attendant chez nos voisins on se prépare, ce 16 mai, à renouveler ou à confirmer le leadership présidentiel dans une élection où la haute technologie est parait-il au rendez-vous.

Ici, on parle de la faim, là-bas on est passe de réussir une révolution verte et de devenir le « grenier de la caraïbe ».

Là-bas, ils ont des objectifs et ici, on a hélas des « cibles » dirait Victor Hugo.

Roody Edme




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami