Mise à jour le 12 juillet
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Vendredi 28 juillet 2017 14:49 (Paris)

Accueil  »  Archives  »  Année 2008
De la démocratie participative

Jacques Julliard dans un article publié dans le Nouvel Observateur et qui a pour titre « le temps des outsiders » questionnait la tendance mondiale à l’émergence de nouveaux leaders porteurs de rupture d’avec la politique traditionnelle.

Texte proposé par Roody Edme

En France, la candidature de Ségolène Royal obtenue sous pression de la base du PS annonçait une nouvelle vigueur pour la « rose » socialiste qui avait sensiblement palie depuis la déroute de Lionel Jospin face à la « marée brune » Lepéniste.

Si Ségolène a échoué, c’est toujours au nom de la « rupture » que Sarkozy a pris le pouvoir, et son activisme politique, sa réputation de « brasseur » d’événements ont donné au peuple français la sensation de bouger et de sortir d’une certaine torpeur induite par les mouvements lents de sumotori d’un Jacques Chirac.

Le même scénario pour des changements inattendus s’est produit dans les mairies de Londres et de Rome. Tout se passe comme si une secousse tellurique venue des entrailles des partis politiques occidentaux bouleversait les calculs d’état-major et faisait capoter la notion même de leadership traditionnel.

Barak Obama est l’exemple étourdissant de la révolution dans le leadership politique de la plus grande puissance du monde. Le leader noir inspire aujourd’hui le monde entier, un monde qui se prépare à l’accueillir dans le cadre d’une tournée qui a déjà commencé dans des régions à haut risque dans le proche et extrême orient. L’obamania s’est emparé de la planète, signe que le politique est à la recherche d’un second souffle.

L’irruption des masses un peu partout dans le jeu politique a remis au goût du jour les questions sociales et forcé une techno-structure au Nord comme au Sud à revoir les problématiques liées à l’agriculture, au rôle stratégique de l’Etat et à une nouvelle éthique environnementale. Le fameux temps des outsiders serait donc un puissant coup de bélier de la démocratie participative dans le jeu politique traditionnel et le fait, marquant, de millions de marginaux spécialement en Amérique Latine qui s’invitent au festin de la planète.

Une Amérique Latine dont certains pays connaissent une croissance dopée par la hausse des produits énergétiques. Selon les experts, la tonne de cuivre est passée de 3000 dollars en 2004 à 8000 en 2006, permettant à un pays comme le Chili de se mettre sur une rampe de lancement pour devenir un pays émergent. Aussi, les peuples du cône sud de l’Amérique entendent par la participation réclamer leur dû de la pactole que constitue les immenses réserves en hydrocarbure qui gisent sous leurs pieds.

En Haïti, la candidature d’une femme qui a longtemps milité avec les groupes de base au poste de premier-ministe a suscité une mobilisation citoyenne qui pourrait à terme apporté une bouffée d’air frais à un environnement sociopolitique vicié par la crise alimentaire et les grandes manœuvres pour 2011.

Si certaines personnes la considèrent comme « une Jeanne d’arc montée à l’assaut de citadelles sexistes », d’autres plus prosaïquement y voient une militante dont le parcours éprouvé dans la société civile pourrait initier une autre politique au sein de l’appareil d’Etat.

En ce sens, Michèle Pierre-Louis est un « outsider » qui pourrait arriver au pouvoir sans venir du milieu officiel des partis politiques, mais qui ne saurait réussir sans l’appui de ces derniers. Des partis politiques souvent critiqués pour leur impuissance à changer la donne mais qui demeurent indiscutablement les outils par qui le changement devra se faire. Mais comment ?

A ce propos, l’économiste et chercheur Philippe Rouzier a bien voulu partager avec nous une réflexion sur ce qu’il a appelé les « national Issues ». Les enjeux et objectifs d’une politique de la participation qui devrait renverser les paradigmes traditionnels de la politique, pour des solutions concrètes sur vingt ans à un ensemble de problèmes clés à résoudre. Un pari qui consisterait à établir un lien constant et dialectique entre efficacité technocratique et justice sociale, entre planning stratégique et adhésion populaire.

Car pour que les solutions soient efficaces, il faut que les gens se les approprient et les solutions une fois offertes deviennent l’engagement de tous, souligne Philippe Rouzier.

La modernisation de nos partis politiques passe par l’implication de tous les citoyens dans le jeu politico stratégique, à un titre ou à un autre... « Les solutions aux enjeux principaux sont le lieu des stratèges qui savent lire les défis derrière les expressions les plus diverses de la vie publique »

Si Michèle Pierre-Louis est ratifiée par la chambre haute, elle devra travailler avec un secteur jeune et populaire qui réclame la participation et aussi avec les partis politiques sans exclusive, du plus « populaire » au plus « élitiste ».

En vérité, il n’y a aucune raison pour qu’il y ait un saucissonnage du temps politique, si l’on veut éviter toute distraction par rapport aux enjeux nationaux.

Nous sommes en présence d’une fenêtre d’opportunité qu’il ne faudrait pas fermer par maladresse ou par un orgueil mal placé.




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami