Mise à jour le 12 juillet
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Jeudi 17 août 2017 13:43 (Paris)

Accueil  »  Archives  »  Année 2007
Poème de Saint-John Kauss

SIGNES

pour Tony Sylvain

« La confiance en soi est la pierre fondamentale de la vie. Dès que tu perds cette confiance, la vie n’est plus que ruine. »
(Tolstoï)

« Rachète le temps. Rachète la vision inédite du plus beau rêve… »
(T.S. Eliot)

A l’orée des retables blasés d’autels
une eau-forte combien aimée de toi
frère qui nage dans le silence de la mort
ô ruine du temps

rachète le vent qui t’a conduit si loin
rachète
et paie ton quota là où tu es
dans l’au-delà des amours de ballerine

la Mort n’existe pas
seul l’Esprit délivré des ténèbres
a préséance sur l’éclatement de la chair
sur l’arbitrage des femmes aimées comme la mer
sur l’Homme qui n’arrive plus
à contrôler la Terre

rachète donc le vent et la mer
qui t’ont mené si loin
rachète
et paie ton passage
aux légionnaires des hautes lunes

paie ton quota
aux portes ouvertes sur le monde des morts
Ô frère de mon enfance débalancée
dans les silènes

je parie dans les hautes sphères
que la mort n’existe pas
que quelque part dans des cités
tu te promènes au lit noyé de ces jeunes filles

jeunes anges de la beauté du ciel
jeunes passereaux couronnés du paradis
Ô frère de l’empathie aveugle et délirant
historien velléitaire de nos histoires d’enfant
Ô frère à l’onanisme enfermé dans un tiroir
reviens-nous dans les murènes des hautes mers

reviens-nous dans d’improbables rêves
toi qui m’as appris à lire dans les tisons
en feu
habitant du sud-est en fleurs
reposoirs des dieux voraces et infidèles

mais Toi
fils de mon père inédit dans ses rêves
létal aux yeux de mauvais rhum
de cette république autoritaire
sans foi ni loi

de ces hommes qui l’habitent et l’accompagnent
dans la mêlée des cœurs frais et solitaires
ô coursier des cités
ô coureur fatidique
longeant les fleuves de l’invisible
Ô tombe

rachète ici les mots de ma peine
qui te saluent dans la couvée des rêves
rachète
et paie ton quota à ma douleur
là où tu es en incarnats de chair éteinte
jusqu’au dernier poème d’un cœur écorché
jusqu’à la dernière lettre de la belle ignorée

jusqu’à mon innocence tout au long des genoux
des morts

Place des Cités, Port-au-Prince (Delmas), printemps 2001

Retrouvez une oeuvre du poète dans la boutique Caraîbe Express !!




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami