Mise à jour le 12 octobre
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Vendredi 20 octobre 2017 05:09 (Paris)

Accueil  »  Archives  »  Année 2007
Poème de Saint-John Kauss

SENTINELLES à Pascal T. Augustin et pour André Morissette

«  Je suis une main qui pense à des murs de fleurs… »
(Paul-Marie Lapointe)

tous mes amis sont partis et je les regarde dans la nuit à deux yeux dans la nuit à cent crimes à neuf cent mille lieues d’ici
équipages de poutres d’homme roulés dans leur faim que nourrit le fil à plomb

printemps
tout ce jeune âge de l’enfance et ses tours de Babel
bouleau des parquets de soleil dans les cheminées
sumac de mousse et de terriers
caravaniers d’avant-garde et sifflets entre les doigts

enroulement nu de vos mains au gré des pucelles jusqu’à ce que le sourcier des soifs et des sources agite les mollets de vos corps allongés sous la supervision des os entés à l’arbre de vie

peut-on vivre autrement sous les arrêts de l’exil et du soleil
les bévues de l’aimée
l’état de conscience modifié de l’amoureux
goémons dans la cour des langues étrangères au plus large des caps et des deux jambes de la dulcinée qui fait la fête

mois de mai / mois d’été
seins farouches aux bouts durs en quête d’une consolation rapide de / par l’aimé et le profane épuisé d’énervement
mois ouvert sur les dalles et la mosaïque des passions de feuilles torturées durant l’hiver
mois de seins de hanches et de jambes plus longues que l’habitat des mages

été des cerceaux de l’enfance des courses de gamin et des jeux de marelle
des contes tirés sous la tonnelle des filles inhabituelles sur la piste d’élus mois de chants et de poèmes à la naissance des mousses et des fesses doubles

ces sentinelles de ma vie de bohème
gendarmes de mes allées et venues sans cesse
et telle qu’une parade sans hommes à l’anche des cimeterres
Ô voiles d’immaculées
Ô vieillesse

automne
des forêts permanentes
porte-bonheur de tous ceux qui espèrent la naissance de l’orme et du genévrier imaginés dans la solitude des gestes et de nos amours
dans le son froid des pluies de province et de la prochaine récolte

ce mois de frisquet qui encourage l’intransigeance du cormier
vastes jours ouvrables aux caresses des orchidées
perpétuelles messes chantées pour le miracle et l’audace de posséder la femme

frileuse saison et quelle que soit la recette de l’eau et des filles défendues
ma ville est alarmée contre la désolation des épouses et la dérive des mômes abandonnées

charmes de la fureur d’aimer à toute allure sur cette terre pelée que je regarde sans langues que j’imagine entre les lignes d’une page fatiguée de toute l’obscénité monumentale d’une ville sans moissons

la vasque aux dames des récoltes de cannelle et guimauve à l’attention des défilés d’hommes perdus dans l’amphore des cimetières d’où surgissent poètes et imprimeurs des mots dans le fumier de la ville endormie

hiver
des races sans engrais
des capitales blanchies par les copeaux de neige
à la pénible sensation d’habiter les corps d’ancêtres durs qui maîtrisaient le bois de chauffage
dans la connaissance des femmes ignares que l’on ordonne

saison des amants à la tâche pour la synthèse de la chaleur d’aimer au vent des phrases possédées par la femme
saison de la douleur de l’homme agité contre les mantes de l’amour myrtilles de l’amitié des petits enfants crayonnés pour la prochaine saison des cigales

tous mes témoins sont partis et je les réclame dans la nuit à deux yeux dans la nuit à deux cent crimes dans l’altitude des morts
fleurs d’homme contrarié qui m’ont accompagné dans la métropole des mages
passagers plus que prophètes dans mes livres et dans mes rémissions aux nœuds coulants

… car il y eut aussi des hommes dans ma vie ajustés aux nids des oiseaux

Comtés Saint-Léonard / Saint-Michel, 17 juin / 6 juillet 2004

Retrouvez une oeuvre du poète dans la boutique Caraîbe Express !!




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami