Mise à jour le 12 juillet
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Vendredi 28 juillet 2017 14:44 (Paris)

Accueil  »  Archives  »  Année 2007
Haïti : Guy Philippe recherché activement par les forces de l’ordre, où se cache-t-il ?

L’ancien candidat à la présidence et ex-chef rebelle, Guy Philippe, se trouve dans le collimateur des agents de la DEA et de la BLTS. Il activement est recherché pour trafic illicite de stupéfiants.

Tandis que le leader du Front National pour la Reconstruction (FRN) d’Haïti a interdiction de fouler le territoire Dominicain, il est entré dans le maquis ne pouvant quitter le pays.

Toutefois, le commissaire de police Patrice Israël, responsable du bureau Haïtien de lutte contre le trafic des stupéfiants, BLTS, a affirmé que "les forces de l’ordre le retrouveront".

Lundi, une vaste opération a été menée dans le sud d’Haïti par des envoyés de l’agence antidrogue américaine et des policiers haïtiens en vue de le capturer. Des hélicoptères ont survolé toute la région sud sans succès. La maison de Guy Philippe a été fouillée de fond en comble mais l’homme reste introuvable.

Plusieurs leaders politiques et parlementaires ont condamné la manière dont l’opération a été menée. En « violation flagrante de la souveraineté nationale », estiment-ils.

En 2003, Guy Philippe avait pris la tête de l’insurrection armée à l’origine de la chute en 2004 de l’ex-président haïtien, Jean-Bertrand Aristide. En 2006, il s’était porté candidat à l’élection présidentielle d’Haïti. Ayant échoué, M. Philippe s’est retiré dans sa résidence dans la localité de Bigot, près de la ville des Cayes.

En mai 2007, il avait fait sur les ondes de la presse locale de fracassantes déclarations dénonçant les membres de l’ex-opposition à Aristide et du secteur privé haïtien qui avaient financé le mouvement armé entraînant la chute du régime lavalas.

En juin 2004, il s’est vu refusé un visa par le consulat dominicain en Haïti, alors qu’il voulait se rendre en terre voisine pour rencontrer un groupe d’étudiants haïtiens et dominicains.

En décembre 2002, alors qu’il revenait de l’Équateur en passant par Panama, il avait été arrêté dans une région située à 60 kilomètres au nord de le capitale dominicaine.

Il aurait été préalablement averti de l’opération policière, selon des observateurs.

La question qui fait actuellement la une est la suivante : comment une opération menée par des professionnels bien formés avec des équipements de haute technologie dont 5 hélicoptères, 2 avions et plusieurs véhicules blindés a pu échouer ?




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami