Mise à jour le 8 avril
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Lundi 21 avril 2014 03:58 (Paris)

Accueil  »  Archives  »  Année 2007
Caraïbes en Création, ambitieux projet culturel

Olivier Poivre d’Arvor, entouré de sa collaboratrice Sophie Renaud et de Frankétienne, venu en ami, a présenté le nouveau projet culturel Cultures France, ce lundi à la résidence de l’Ambassadeur de France Christian Connan

Présidée par Jacques Blot et dirigée par Olivier Poivre d’Arvor, Cultures France est une agence qui réunit désormais, sous son appellation, l’AFAA (Association française d’action artistique) et l’ADPF (Association pour la diffusion de la pensée française).

C’est le succès d’Afrique en Création, selon Olivier Poivre d’Arvor, qui a inspiré Caraïbes en Création, dont le but est de construire un espace culturel fort et d’inculquer une méthode de travail, avec à la clé la création d’un marché de la Culture, donc d’emplois.

Il faut que les artistes puissent vivre de manière décente. La nouvelle agence dispose pour cela d’un budget de deux millions d’euros, sensés en drainer huit autres grâce à des partenaires publics – on vise l’UE – et privés, cela sur une période de trois ans.

Caraïbes en Création va se développer dans trois directions prioritaires, la danse – un workshop est prévu - , les Arts visuels – on parle de la mise en place d’un travail sur la mémoire et les images - , et le livre – avec une série d’actions en collaboration avec le Ministère de la Culture.

Il y aura également des activités en dehors d’Haïti, un appel à projets va s’ouvrir. Mais Olivier Poivre d’Arvor a surtout insisté sur la mobilité qu’il s’agit de donner aux artistes, qu’ils puissent sans contrainte aller s’exposer et découvrir ailleurs.

Le long monologue enthousiaste de M. d’Arvor laisse cependant un grand nombre de questions sans réponse : ne va-t-on pas vers une vision très élitaire de la culture, avec la danse, le visuel et le livre ? On n’a évoqué ni le cinéma, ni le théâtre, ni la musique sous aucune forme. Connaissant les méthodes qui ont cours en Haïti, il y a fort à craindre que ce soient ceux qui sont déjà en vue qui se poussent au portillon. Le jeune rappeur urbain de Cité Soleil a peu de chance d’aller faire un stage à Paris et ce n’est pas demain la veille qu’un producteur de cinéma du pays ira à Hollywood.

Comment séparer le bon grain de l’ivraie, surtout avec une agence qui ambitionne de télécommander le projet depuis Paris ?

Olivier Poivre d’Arvor a terminé son allocution aux artistes haïtiens dans les jardins de l’Ambassade, en marge de la conférence de presse, par ces mots : « nous saurons le 31 décembre 2009 si nous avons réussi ou si vous allez nous lancer des tomates et des œufs ».

Les maraîchers et les aviculteurs ont peut-être un job à prendre ?




BÔ KAY NOU
Liens Commerciaux


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami