Mise à jour le 21 novembre
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Dimanche 17 décembre 2017 13:10 (Paris)

Accueil  »  Archives  »  Année 2006
Un été à risques

L’été que tout le monde attendait est enfin arrivé. Même si l’insécurité bat son plein certains ne se laissent pas influencer parce qu’ils comptent bien faire la fête. Pour eux, c’est toute une série de planification de fêtes, de sorties, de journées à la plage. Pour d’autres, c’est une toute autre planification accompagnée d’angoisse et de détresse. La population côtière s’inquiète des prévisions météorologiques.

par Gerdine Joseph

Depuis quelques jours, la saison diluvienne se fait sentir. Le temps est sombre, l’orage gronde, des gouttelettes d’eau tombent du ciel comme un avertissement. Mais les habitants des villes côtières espèrent qu’il n’y aura pas de catastrophe cette année encore, ou du moins pas comme les années précédentes.

En septembre 1998, Haïti était sous le choc d’une catastrophe naturelle nommée Georges qui a fait pas mal de dégâts tuant plusieurs dizaines de personnes et faisant environ 18142 sans abris dans plusieurs villes du pays, notamment à Fond Verrettes (près de la frontière avec la République Dominicaine), dans la vallée de l’Artibonite (environ 150 Km de la capitale), à Jacmel (dans le sud) et dans certains bidonvilles comme à Cité Soleil. Plus de us$150000 (cent cinquante mille dollars américains) ont été débloqués pour porter secours aux familles en détresse. En septembre 2004, un autre phénomène naturel nommé Jeanne à détruit plusieurs villes du pays, notamment Gonaives, faisant plus de 2000 morts et des centaines de milliers de sans abris. Haïti a reçu des millions de dollars d’aide de l’Union Européenne, des États-unis, du Canada et autres.

Deux ans après le cyclone Jeanne, Haïti ne s’en est pas encore remise des pertes qu’a causées cette catastrophe. Des dizaines de disparus sont encore introuvables. Des maisons, des hôpitaux et des écoles ont été détruits, des familles entières ont été ruinées et livrées à elles-mêmes. Le cyclone Jeanne a tiré la sonnette d’alarme encore une fois. Mais l’Etat n’a toujours pas compris la gravité de la situation. La preuve, nous sommes en Août 2006, en pleine période cyclonique et les responsables n’ont pas encore fait le point sur les prévisions météorologiques de cette année !

(La rivière Grise à Croix des Bouquets)

Des gens continuent d’habiter et de construire des maisons près des rivières sous les yeux des responsables des travaux publics. Ces derniers semblent espérer une autre catastrophe du genre afin de pouvoir encaisser des millions de dollars d’aide. Mais Haïti avec ses 8 millions d’habitants et ses centaines de bidonvilles ne pourra plus supporter un autre catastrophe que ce soit dans les villes de province qui sont toujours saccagées ou dans la capitale qui d’après certains, est la prochaine cible des catastrophes naturelles.

(Un pont sur la route de Frères)




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami