Mise à jour le 12 octobre
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Jeudi 19 octobre 2017 23:51 (Paris)

Martelly célèbre l’indépendance en promettant l’armée

Le 208e anniversaire de l’indépendance haïtienne a été célébré, ce 1e janvier 2012, lors d’une cérémonie traditionnelle tenue dans la ville des Gonaïves, considérée comme la cité de l’indépendance. Le président de la République, Michel Martelly et le Premier ministre, Garry Conille ont pris part à ces festivités commémoratives auxquelles ont aussi participé les présidents des deux chambres du Parlement et le président de la cour de cassation.

Le 208e anniversaire de l’indépendance haïtienne a été célébré, ce 1e janvier 2012, lors d’une cérémonie traditionnelle tenue dans la ville des Gonaïves, considérée comme la cité de l’indépendance. Le président de la République, Michel Martelly et le Premier ministre, Garry Conille ont pris part à ces festivités commémoratives auxquelles ont aussi participé les présidents des deux chambres du Parlement et le président de la cour de cassation.

Evoquant la mémoire des héros qui ont fait la guerre de l’indépendance, le président Martelly a réaffirmé sa volonté de remettre sur pied les forces armées d’Haïti. « La commission civile qui travaillait sur la question m’a déjà soumis son rapport et je peux vous dire que la commission recommande la reconstitution de l’armée », a confié le chef de l’Etat ovationné par les gonaïviens massés sur la place d’arme.

A en croire le chef de l’Etat, le rapport de ladite commission sera soumis à l’analyse des trois pouvoirs, de la société civile et du secteur des affaires. Mais parallèlement, le président Martelly veut rester fidèle à sa double volonté de reformer la police nationale tout en remobilisant l’armée. Il invite les pays dits amis d’Haïti à s’engager en ce sens. « Ces deux choses doivent se faire ensemble : la réforme de la police et la remobilisation de l’armée. »

Le président a aussi évoqué à pieds joints l’épineuse question électorale en soulignant l’importance des prochaines joutes dont les retombées seront capitales pour les communes et les sections communales du pays. Sans donner de délai ni de date, le chef de l’Etat a rappelé que la nouvelle année nous est venue avec des échéances électorales.

Reprenant les quatre « E » qui résument ses priorités, le président Martelly a défendu l’importance de l’éducation dans tout vrai processus de développement national. « Quand j’ai promis d’envoyer tous les enfants à l’école, je ne l’avais pas fait pour m’assurer d’un nouveau mandat après mes 5 ans ». Le premier citoyen de la nation se félicite que "40.000 enfants gonaiviens" aient pu prendre gratuitement le chemin de l’école, mais il reconnait que le programme de transports scolaires gratuits fait déjà face à des problèmes économiques.

Michel Martelly a promis le développement du secteur de la pêche en Haïti tout annonçant que la Banque nationale de crédit, banque commerciale de l’Etat, travaille actuellement sur un programme de crédit agricole qui devra soulager les paysans et les cultivateurs.

A la cérémonie religieuse ayant ouvert cette journée d’activités, l’évêque des Gonaïves, Monseigneur Yves Marie Péan a félicité les efforts consentis par le gouvernement actuel notamment sur le plan de la sécurité. A son avis, les autorités ont réussi à rétablir l’ordre et la paix dans un pays hier encore bouleversé par des tracasseries politiques dont les séquelles sont encore visibles aux Gonaïves. L’évêque s’est réjoui de ce nouveau climat qui règne dans la ville. « Les gonaiviens peuvent désormais vaquer librement à leurs activités, nous avons de l’électricité presque 24/24, et il se développe chez nous une tendance à rendre la ville de plus en plus propre », a dit le Monseigneur déplorant ensuite le chômage généralisé qui frappe la jeunesse haïtienne.

« Il nous faut créer de nouveaux emplois et de nouvelles opportunités pour la jeunesse », a lancé le célébrant qui souhaite « un changement en profondeur dans notre mentalité et dans nos façons de faire ». L’homme haïtien doit renaitre, a-t-il dit, en prêchant la fin de la dépendance socio-économique du pays et l’avènement d’une Haïti réellement autonome. « C’est ce que Dieu veut pour nous. », a-t-il renchérit.

Pour sa part le maire des Gonaïves, Jean Osner Amisial s’est félicité des progrès enregistrés dans la cité de l’indépendance. « Après les turpitudes cycloniques, la vie reprend ici aux Gonaïves avec une vitesse de croisière (…) la route reliant Gonaïves à Port-au-Prince ne prend que deux heures pour les meilleurs véhicules, les routes intérieures ont aussi été retouchées. » Le maire réclame de nouvelles constructions pour sa commune, notamment un aéroport international, une raffinerie de sel et de pétrole, une cimenterie ainsi que des infrastructures industrielles et touristiques.

A la veille de la fête de l’indépendance, des travaux de réfection ont été entrepris dans la ville des Gonaïves où des feux de signalisation ont aussi été installés




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami