Mise à jour le 22 juin
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Mardi 27 juin 2017 02:02 (Paris)

Les résultats définitifs du premier tour proclamés au plus tard le 2 février, selon Edmond Mulet

Refusant d’assimiler à des pressions diplomatiques la visite lundi d’une imposante délégation au siège du Conseil électoral, le numéro un de la mission onusienne redit toutefois que la communauté internationale s’en tient strictement au rapport de l’OEA comme moyen de résolution de la crise post-électorale

Les résultats définitifs du premier tour des présidentielles et législatives controversées du 28 novembre seront proclamés au plus tard le 2 février prochain, a annoncé lundi le chef de la Mission de stabilisation de l’ONU (MINUSTAH), Edmond Mulet, à l’issue d’une rencontre entre la communauté internationale et le CEP visiblement destinée à accentuer la pression sur l’institution électorale à l’approche d’échéances cruciales.

Affirmant que les différents partenaires présents au siège de l’organisme ont reçu un projet de calendrier "satisfaisant" du second tour que le Conseil électoral provisoire devrait bientôt confirmer, le diplomate guatémaltèque rappelle que les recommandations de la mission technique de l’OEA doivent permettre de trouver une issue à la crise post-électorale.

"Pour nous, c’est quelque chose de valable. C’est peut-être la meilleure façon de sortir de cette impasse", a réagi aux questions des journalistes M. Mulet parlant au nom d’une délégation qui comprenait également les ambassadeurs américain Kenneth Merten, brésilien Igor Kipman, espagnol Juan Fernàndez Trigo, la représentante de l’Union européenne à Port-au-Prince, Lut Faber-Gossens et un diplomate français de haut rang, en l’absence de l’ambassadeur Didier Le Bret.

Ignorant totalement que des pressions diplomatiques sont exercées sur le CEP ou l’Exécutif, le patron de la MINUSTAH dit n’être pas non plus au courant d’un éventuel projet du Président René Préval d’annuler les élections présidentielles et de valider parallèlement les législatives.

Pour Edmond Mulet, il s’agit d’une visite de soutien au CEP effectuée dans le cadre de l’avancement du processus électoral par les bailleurs de fonds participant à la réalisation des élections au niveau financier, technique, logistique et sécuritaire.

"Jusqu’à présent, ils ont fait un très bon travail et nous allons continuer à travailler avec eux", a répété le diplomate à propos de l’organisme électoral pourtant sévèrement critiqué pour son manque d’indépendance vis-à-vis de la Présidence et sa gestion contre-productive du processus électoral.

Malgré l’insistance de la presse, les conseillers électoraux ont, pour leur part, catégoriquement refusé de s’exprimer après la réunion de travail.

Une mission technique de l’OEA à laquelle le chef de l’Etat sortant, René Préval, avait confié l’évaluation des joutes problématiques du 28 novembre, a relevé des fraudes massives et recommandé de modifier le classement des candidats arrivés en deuxième et troisième position.

Avec un tel scénario, le représentant du pouvoir, Jude Célestin, deuxième dans les résultats préliminaires, céderait sa place qualificative pour le second tour à Michel Martelly, son très proche poursuivant.

Cependant, en dépit de la nervosité grandissante des principaux partenaires du pays dont les menaces et sanctions sont allées ces derniers jours crescendo, les autorités haïtiennes semblent déterminées à empêcher un duel pour le fauteuil présidentiel entre le chanteur de Compas Direct et la professeure d’université Mirlande Hyppolite Manigat, vainqueure du premier tour




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami