Mise à jour le 12 octobre
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Jeudi 19 octobre 2017 23:37 (Paris)

10 morts, un disparu, plus de 7.600 familles sinistrées, nouveau bilan des fortes pluies

Dans plusieurs départements, d’importants dégâts dans les infrastructures routières et le secteur agricole sont enregistrés parallèlement à une recrudescence du choléra, selon la protection civile qui appelle la population à la prudence

La direction de la protection civile a annoncé samedi que les glissements de terrain et inondations causés par les intempéries de ces derniers jours ont fait dix morts, un disparu, des dizaines de milliers de sinistrés et d’importants dégâts dans plusieurs régions du pays.

Selon ce nouveau bilan provisoire basé sur les données recueillies au niveau des comités départementaux, les victimes ont été recensées dans les départements des Nippes (sud-ouest), de l’ouest, du sud, de la Grand’Anse (sud-ouest), du sud-est et du nord-ouest.

Dans les Nippes, trois personnes ont été emportées par des rivières en crue parmi elles une mère et son garçon qui revenait de l’école.

Deux autres décès ont été enregistrés dans les mêmes circonstances dans la Grand’Anse.

Autour de Port-au-Prince, la protection civile signale également la mort d’une femme à Martissant (banlieue sud) et d’un enfant de six ans à Mariani (sud), respectivement dans un glissement de terrain et dans la chute d’un rocher sur une tente abritant des déplacés.

Par ailleurs, plus de 7.600 familles sinistrées ont été dénombrées, principalement à Cité Soleil (nord de la capitale) où les maisonnettes inondées dans 10 quartiers concernent 3.818 familles.

Des déplacés du séisme dévastateur de janvier 2010 étaient également en difficulté notamment dans les camps d’hébergement à Port-au-Prince et dans les communes avoisinantes de Carrefour, Croix-des-Bouquets, Delmas, Pétion-Ville et Tabarre.

Dans les départements les plus touchés, plusieurs routes ont été rendues impraticables.

Aux Cayes (sud), l’hôpital général était sous les eaux et plusieurs services dysfonctionnels.

Dans les secteurs de l’agriculture et de l’élevage, de vastes plantations de maïs, de haricots et bananiers ont été détruites et de nombreuses têtes de bétail emportées par les eaux en furie.

Ces inondations ont aussi provoqué une remontée du choléra à l’origine de plusieurs nouveaux décès et de dizaines de cas d’hospitalisation, un an et demi après l’apparition en Haïti de l’épidémie qui a déjà fait plus de six mille morts.

Sénateurs et Députés des régions affectées ont lancé des appels répétés au gouvernement démissionnaire en vue de l’adoption de mesures célères en faveur des populations sinistrées.

La direction de la protection civile et le secrétariat permanent de gestion des risques et des désastres soulignent que leurs structures régionales ont été activées tout en exhortant à la prudence les habitants des zones à risques en particulier.

Un appel repris samedi par le directeur du Centre national de météorologie, Ronald Semelfort, qui a annoncé le maintien jusqu’à nouvel ordre de l’alerte orange aux inondations, glissements de terrain et éboulements décrétée en début de semaine.

Une détérioration en surface des conditions météo dans la partie centrale de la Caraïbe devrait continuer à provoquer de nouvelles précipitations au-delà du week-end. Ce qui risque d’aggraver davantage l’état de dégradation de l’écosystème haïtien.




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami