Mise à jour le 21 novembre
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Vendredi 24 novembre 2017 23:21 (Paris)

Accueil  »  La UNE
JEAN-FRANÇOIS BRIERRE OU L’ÂME NOIRE (suite et fin)

JPEG - 5.9 ko
JEAN-FRANÇOIS BRIERRE
JEAN-FRANÇOIS BRIERRE

(La source)

Astronaute de la littérature haïtienne, poète de plein vent et au grand souffle, nouveau talent iconoclaste des années cinquante, Brierre nous a laissé une oeuvre grandiose, l’une des plus belles de notre histoire littéraire. Ses textes nous ont permis de capter la vie et d’entrevoir les ressources d’une expression tout à fait naturelle, celle de l’Afrique considérée en bonne et due forme comme l’Alma mater. Constatation qui se confirme d’ailleurs par le titre de ses recueils et les sujets traités.

par Saint-John Kauss

Un Noël pour Gorée (1980) laisse entrevoir par moments le grand barde des années quarante et, d’autres fois, un poète moderne, ouvert à notre époque des grandes inventions ; un livre plein de décontraction, avec l’envie d’aller plus loin et de chanter plus haut. Les poèmes "Nouveau Black Soul", "Me revoici Harlem" et "Notre Dame d’Afrique" y sont positionnés pour le maximum d’effets possible, et leur sensibilité grimpe progressivement pour que la passion des lecteurs franchisse un degré d’intensité qui ira jusqu’à l’apothéose finale. Avec Sculptures de proue (1983), Jean-F. Brierre réitère sa volonté d’être l’homme qui ennoblit, béatifie et immortalise ; une image déjà rencontrée dans Nous garderons le dieu (1945), dans La Source (1956) et dans Aux Champs pour Occide (1960).

Victor Serge, dans Littérature et Révolution, insiste sur la condition de l’écrivain et sur "le rôle humiliant" (dénoncé par Georges Sorel) des Encyclopédistes, de Diderot, de Voltaire, au cours du XVIIIe siècle. "C’est pour d’autres raisons", écrit-il, sans doute, "qu’ils sont entrés dans l’histoire. L’ennemi de l’Église, l’auteur de Candide, le défenseur du chevalier de La Barre survit, en Voltaire, à l’adulateur de Catherine II. Mais Voltaire fut l’un et l’autre. Il fallut bien qu’il vécut."

Bon nombre de poètes haïtiens sont l’expression même de cette affirmation, et Jean-F. Brierre n’y échappe guère. La plupart de ses recueils ou de ses poèmes sont incidemment dédiés à Jacques Roumain ou Jean Price-Mars, à Léopold Sédar Senghor ou François Mitterrand, etc. Mais la poésie de Jean-F. Brierre s’ouvre pour survivre. Elle reflète en grande partie la vie de l’homme noir et, une fois déclarée, la magie du verbe fait son entrée avec ce défoulement d’images accompagné de la forme et de l’esprit, de l’engouement et du don de soi qui fait du poète et son oeuvre l’une des plus grandes voix de l’ère contemporaine haïtienne.


1 Henry Miller, Tropique du capricorne, Paris, Chêne/Stock, 1952, p. 43. 2Victor Serge, Littérature et révolution, Paris, Maspero, 1976, p. 7.

OUVRAGES CONNUS DE JEAN-FRANÇOIS BRIERRE :

• Le Drapeau de Demain, poème dramatique, Port-au-Prince,
Imprimerie Valcin, 1931 ; Chansons secrètes, poèmes, Port-au-Prince, Imprimerie Haïtienne,

1933 ; Le petit Soldat, conférence, Port-au-Prince, Imprimerie Haïtienne,

1934 ; Nous garderons le Dieu, poèmes, Port-au-Prince, Imprimerie Deschamps,

1945 ; Gerbe pour deux Amis, poèmes (en collaboration avec Morisseau-Leroy et Roussan Camille), Port-au-Prince, Imprimerie Deschamps,

1945 ; Vers le même ciel, sketch en vers, in Haïti-Journal, Port-au-Prince,

Noël 1946 ; Black soul, poème, La Havane, Éditorial Lex,

1947 ; Belle, sketch, Port-au-Prince, Panorama, 1948 ; Recueil de poèmes, in Haïti-Journal, Port-au-Prince,

1948 ; Les aïeules, sketch historique, Port-au-Prince, Imprimerie Deschamps,

1950 ; Dessalines nous parle, Port-au-Prince, Deschamps,

1953 ; Les Horizons sans ciel : Province, roman, Port-au-Prince, Imprimerie Deschamps,

1954. Liechtenstein, Nendeln,

1970 ; Pétion et Bolivar, L’Adieu à la Marseillaise, poèmes dramatiques (français et espagnol), Buenos Aires, Éditorial Troquel,

1955 ; La Nuit, poème, Lausanne, Imprimerie Held,

1955 ; La source, poème, Lausanne, Imprimerie Held,

1956 ; Images d’or, poèmes, Coll. « Librairie Indigène », Port-au-Prince, Imprimerie Deschamps,

1959 ; Cantique à Trois voix pour une poupée d’ébène, poèmes, Coll. « Librairie Indigène », Port-au-Prince, Imprimerie Deschamps,

1960 ; Aux Champs pour Occide, poèmes, Coll. « Librairie Indigène », Port-au-Prince, Imprimerie Théodore,

1960 ; Or, uranium, cuivre, radium, poèmes, Coll. « Librairie Indigène », Port-au-Prince, Imprimerie Théodore,

1961 ; Découvertes, poème, Paris, Présence Africaine,

1966 ; Gorée, sketch historique, Paris, [sans nom d’édition],

1966 ; Un autre monde, essai sur l’Union soviétique, Dakar, L’Observateur Africain,

1973 ; Ten Works, essai, Liechtenstein, Kraus Reprint,

1973 ; Images d’argile et d’or, poèmes, Dakar, Nouvelles Éditions Africaines,

1977 ; Un Noël pour Gorée, poèmes, Paris, Silex,

1980 ; Sculpture de proue, poèmes, Paris, Silex, 1983.




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami