Mise à jour le 22 juin
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Mardi 27 juin 2017 02:11 (Paris)

Accueil  »  La UNE
JEAN-FRANÇOIS BRIERRE OU L’ÂME NOIRE (suite)

JEAN-FRANÇOIS BRIERRE(Sœurs noires, Chansons secrètes)
« Je vous ai rencontrés dans les ascenseurs, à Paris.
Vous vous disiez du Sénégal ou des Antilles.
Et les mers traversées écumaient à vos dents, hantaient votre sourire,
chantaient dans votre voix comme au creux des rochers.

par Saint-John Kauss

Dans le plein jour des Champs-Elysées, Vos masques attestaient des douleurs centenaires.
A la Boule Blanche
où sous les couleurs de Montmartre,
votre voix,
votre souffle,
tout votre être suintait la joie.
Vous étiez la musique et vous étiez la danse.
Mais persistait aux commissures de vos lèvres,
se déployait aux contorsions de votre corps le serpent noir de la douleur.
A bord des paquebots nous nous sommes parlé.
Vous connaissiez les maisons closes du monde entier,
saviez faire l’amour dans toutes les langues…
Cinq siècles vous ont vu les armes à la main
et vous avez appris aux races exploitantes la passion de la liberté.
A Saint-Domingue
vous jalonniez de suicides
et paviez de pierres anonymes
le sentier tortueux qui s’ouvrit un matin
sur la voie triomphale de l’Indépendance…
Vous avez construit Chicago
en chantant des blues,
bâti les Etats-Unis
au rythme des spirituals
et votre sang fermente
dans les rouges sillons du drapeau étoilé… »

(Black soul)

La popularité de Jean Brierre explosa en même temps que son dandysme. Beau métis, toujours tiré à quatre épingles, jeune provincial provenant de la Grande Anse (Jérémie, Haïti), c’était vers les années 30 et 40 quand la poésie jouissait d’un prestige ultra-sacré. Tout Jérémien rêvait de surpasser Etzer Vilaire.

Et ce fut le cas de Jean-François Brierre. D’ où les publications de Black Soul (1947), La nuit (1955), La source (1956) et Découvertes (1966), quatre méchants poèmes de très forte inspiration. Avec d’abord Black Soul et ensuite La source et Découvertes, le poète informe de son origine, maîtrise la traversée par la mer, et se soulage de l’amerrissage forcé aux quatre coins de l’Amérique.

Du courage demandé à ses frères, de la miséricorde réclamée aux dieux tutélaires pour ces damnés de la terre que sont les Africains déracinés d’Afrique. Mais avec La nuit, long poème exposé à la marche de l’absolu, on passe de l’élégie à la métaphysique du poème. Vaste et vigoureux poème dans l’infini des mots, grand tracé dans les airs d’un style nouveau. Loin du lointain Jérémie (Haïti) et plus près de l’Amérique des grands espaces de Walt Whitman, le poète quitte la sphère locale et humaine pour s’inspirer de l’universel et de la dimension divine. De l’innovation à la liberté lyrique transformée en chapelle épique que constitue la suite de ce dernier poème dans La source (1956) et Découvertes (1966). Même dans les langues sans écritures, on aurait du traduire ces quatre textes atteints de paroxysme littéraire. Ecoutons les chansons du nègre, admirons la physionomie et les voix du tambour ancestral :

« Les unes ont sur le visage, notes de clarté,
les grains de beauté de la rosée en fleurs.
C’est l’accent émouvant dans une mélodie
d’une paysanne en bleu portant le pays sur sa tête et qui marche pour la dilection du paysage
vers une chaumière de la Guinaudée
bâtie dans le petit baume et la menthe sauvage.
D’autres ont les langueurs crépusculaires
des plaintes d’amoureuses
dans la douceur profonde et suintante d’une femme nocturne.
Certaines, papillons noir et or,
lourdes de soleil à midi
défaillent sur la glèbe fumante
dans une odeur de sueur et de clairin.
D’autres sautent dans la nuit dense,
avec aux doigts
les diamants intermittents des coucouilles bleu sombre…. »

A suivre...




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami