Mise à jour le 12 juillet
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Mercredi 26 juillet 2017 14:38 (Paris)

Accueil  »  La UNE
International crisis group : Diriger par décret la « ligne rouge » que Michel Martelly ne doit pas franchir

Dans le cas de figure où l’exécutif haïtien, en particulier la présidence conduite par Michel Joseph Martelly, ne veillerait à l’organisation des scrutins sénatoriaux et communaux d’ici la fin de l’année 2013, ce serait franchir l’interdit et aggraver la situation de crise que connaît déjà le pays.

L’international crisis group conseille au chef de l’État haïtien de ne pas se laisser aller à la tentation de diriger le pays par décret en déclarant le parlement haïtien dysfonctionnel en janvier 2014.

« C’est une ligne rouge pour les donneurs et les diplomates et ils ont dit au président (Michel Martelly) de ne pas le traverser », a déclaré au cours d’une conférence Mark Lewis Schneider, vice-président de l’International crisis group.

Ceci ne sera pas « acceptable » par les bailleurs et provoquera une « suspension de l’aide bilatérale et multilatérale (du coup) une crise financière qui s’ajoutera à celle (dite) politique », a martelé Schneider, toujours dans cette conférence tenue au centre d’études stratégique et internationale à Washington, le jeudi 25 juillet dernier.

Si Michel Martelly adopte ce chemin que lui prodigue ses conseillers, ce serait condamner sa présidence, toujours d’après Schneider.

Les élections en question devraient être organisées en novembre 2011. Elles doivent permettre de remplacer un tiers du sénat (10 sénateurs sur 30) et les élus locaux au nombre de 140.

Selon la loi électorale de 2008, un autre tiers du Sénat devra partir d’ici le deuxième lundi du mois de janvier 2014, ce qui mettra le Parlement dans l’incapacité de se réunir en assemblée nationale et de facto dysfonctionnel.

Source : Alterpresse




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami